Gérer les vaccins et les bobos

Gérer les vaccins et les bobos

Tous les enfants auront à subir des actes médicaux inconfortables de temps à autre, comme un vaccin, une prise de sang, des points de suture, voire une opération ou un traitement continu. Il existe des façons d’aider nos enfants à franchir ces épreuves sans traumatismes durables et même les voir comme une source de croissance.

Astuces pour aider les tout-petits et les jeunes enfants

  • Restez avec votre enfant
    Il criera peut-être davantage, mais sur le long terme s’adaptera mieux si vous êtes présente. Si vous ne pouvez vraiment pas, enrôlez quelqu’un dont l’unique tâche sera de soutenir votre enfant. Un sentiment d’abandon est pire que n’importe quelle douleur physique.

  • Expliquez la situation
    "On va mettre un bandeau serré autour de ton bras, et puis tu vas sentir une petite piqûre." Mentir sur la douleur, la durée ou n’importe quoi d’autre n’est pas une bonne idée. La méfiance crée davantage d’anxiété. Dites très simplement à votre enfant ce qu’il doit faire. "Tu dois tenir le bras bien raide pour qu’ils finissent vite. Tu peux crier et pleurer, mais ne bouge pas."

  • Soyez concis
    Les longues explications et les raisonnements sont déroutants et compliqués pour votre jeune enfant. Oubliez le "pourquoi" sauf en termes très simples : "Cette piqûre va t’empêcher de tomber malade."

  • Ayez recours à la distraction
     Utilisez une histoire, un jouet ou un objet visuel pour aider votre enfant à se concentrer sur autre chose que la procédure en cours.

  • C’est fait !
    Annoncez quand ce sera terminé et ce qui se passera par la suite. "C’est fini. Nous pouvons maintenant aller déguster cette glace dont nous avons parlé." Il est important de reconnaître que cette expérience était pénible pour votre enfant. Dites-lui qu’il l’a bien traversée et que vous êtes fière de lui.

  • Créer de la confiance
    Évitez de le menacer d’un acte médical ou de lui dire que le médecin/ l’infirmière lui fera une piqûre s’il n’est pas gentil. Ceci crée de la méfiance envers le personnel de santé. Votre enfant se demandera alors pourquoi vous le confiez à de si mauvaises personnes.

  • Soyez raisonnable
    Donnez un pouvoir de décision raisonnable aux enfants (« Quelle couleur de pansement veux-tu ? ») mais ne lui donnez jamais le choix quand il n’y en a pas (« Veux-tu avoir des points de suture ? »). Si vous les mettez devant un fait accompli alors qu’ils pensaient avoir le choix, ils se sentiront trahis.

Conseils pour aider les enfants d’âge scolaire et préscolaire.

  • Répondez à ses questions
    Il suffit de donner aux enfants plus âgés une simple explication et ils comprendront pourquoi ils ont besoin d’un acte médical. Soyez prête à répondre à des questions spécifiques.

  • Permettez-lui de prendre les commandes
    Il est possible que le sang intéresse les enfants ou qu’il les effraie. Suivez votre enfant ; n’insistez pas et n’interdisez pas. Répéter la situation mentalement peut être bénéfique pour les enfants de cet âge. Connaître les détails concrets de la situation leur permet de mieux contrôler ce qui va se passer.

  • Consultez les cours et les livres de préparation à l’hospitalisation.
    Si votre enfant doit faire l'objet d'un acte médical majeur ou d'un traitement à long terme, permettez-lui de voir et d’entendre d’autres enfants ayant subi la même chose.

  • Raconter des histoires Les enfants adorent raconter "des histoires d’horreur" sur ce qu’ils ont vécu. Écoutez, mais ne vous laissez pas avoir par trop d’exagération. Mettez l’accent sur la façon dont il s’en est sorti et insistez sur la blessure guérie, la cicatrice qui s’estompe et l’endroit de la piqûre où il n’y a pas de marque d’aiguille. 

Pensez à garder votre sang-froid. Ceci permet à votre enfant de gérer ces situations “effrayantes” et il’finira par coopérer plus facilement. 

Ceci pourrait également vous intéresser :