Peur des toilettes et autres obstacles

Peur des toilettes et autres obstacles

Il arrive souvent que les parents pensent à leurs propres difficultés quand ils essaient d’apprendre la propreté à leurs enfants. Mais ce qu’un enfant doit maîtriser pendant ce processus d’apprentissage est beaucoup plus intimidant. Comprendre le point de vue de votre enfant sur ce processus vous aidera à clarifier votre rôle d’éducateur et lui permettra d’y parvenir.

La vie n’est pas juste

De son point de vue, quand il va aux toilettes, votre enfant doit donner une partie de lui-même. C’est quelque chose qu’il a fait et il doit le mettre dans un endroit arbitraire et souvent peu pratique. Utiliser les toilettes signifie qu’il doit interrompre ses activités préférées pour faire quelque chose qui le dérange et qui prend du temps. Si les selles sont dures —ou si elles l’ont été par le passé — le processus sera d’autant plus difficile ou désagréable.

Terreurs des toilettes

Et puis, votre enfant doit gérer l'affront — et même la terreur — de voir sa précieuse production disparaître à jamais avec l’eau des toilettes. Ses autres créations sont affichées avec fierté sur le réfrigérateur, pourquoi celle-ci a-t-elle une destinée différente ? Ce processus soulève des questions difficiles : pourrait-il lui aussi subir le même sort ? S’il tombe dans la cuvette, les remous vont-ils aussi l’emporter et le faire disparaître à jamais ? Mais où est-ce que cela va ? Qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté de la cuvette des toilettes ? Y-a-t-il un monstre prêt à l’attraper à tout moment ? (Cette dernière croyance est quasi universelle chez les enfants ayant des frères et sœurs plus âgés qui adorent terrifier les plus jeunes.)

Qu’en est-il exactement ?

Après avoir réussi à produire quelque chose, on le force à se nettoyer (beurk !) et à se laver les mains, une tâche que très peu d’enfants apprécient véritablement. Et puis il faut qu’il remette son pantalon correctement — sans se tromper et avec un pied dans chaque jambe de pantalon. La situation est encore plus difficile si le pantalon a des fermoirs, une fermeture Éclair ou des boutons. (Dans leur hâte de terminer et de retourner jouer, la plupart des petits garçons apprennent très vite que remonter une fermeture Éclair peut être une activité très risquée.)

S’il a légèrement taché ou mouillé ses sous-vêtements en raison d’une erreur de timing, il faut qu’il les remette en espérant que les adultes ne remarqueront rien. S’ils le remarquent, cela veut dire qu’il a échoué et qu’il a déçu ceux pour qui c’est très important.

Il veut faire plaisir à papa et à maman et il se demande s’ils l’aimeront encore s’il ne parvient pas à effectuer correctement cette tâche on ne peut plus embarrassante. C’était tellement plus facile quand il portait des couches. Pourquoi tous ces problèmes alors que la vie était tellement plus simple auparavant ?

Toutes ces choses dont il faut se souvenir, à risquer, ces choses qui prennent du temps — uniquement pour faire plaisir à ceux qu’il aime le plus au monde. Pour lui, cela semble étrange, compliqué et effrayant, sans oublier le risque de ne pas y parvenir. Quand il y parvient, c’est une extraordinaire réussite de sa part. Pas étonnant qu’il se sente tellement bien quand il a maîtrisé cet apprentissage ! Appréciez à sa juste valeur ce qu’il a fait pour vous faire plaisir et, en définitive, pour se sentir bien avec lui-même. Et pendant toute cette période, pensez toujours à le rassurer.

Ceci pourrait également vous intéresser :