Enfant avec les doigts dans la bouche

Vers 6 mois, votre enfant est prêt à commencer à manger des aliments solides : le début d’une nouvelle aventure pour votre petit et vous. Au fur et à mesure qu’il découvre de nouvelles saveurs et textures, vous remarquerez peut-être qu’il lui arrive de réagir différemment à certains aliments, et nous ne parlons pas ici de recracher sa purée d’épinards ! Dans certains cas, bébé fait une réaction allergique. Dans la suite de cet article, nous vous expliquerons ce que sont exactement les allergies alimentaires de bébé, quelles sont les plus fréquentes et comment se comporter si votre bébé fait une réaction allergique.

Les allergies alimentaires des bébés, c’est quoi ?

Une allergie ou réaction allergique est la réponse de votre système immunitaire à quelque chose qu’il n’aime pas. Par exemple, certaines personnes sont allergiques à la poussière ou au pollen et ont les yeux qui piquent ou le nez qui coule en présence de ces allergènes. Dans le cas d’allergies alimentaires, chez les bébés comme chez les adultes, la réaction de la plupart des personnes consiste en des problèmes digestifs, respiratoires ou de l’urticaire.

Le corps humain considère les allergènes comme des envahisseurs et produit donc des anticorps pour les combattre. Une fois que ces anticorps ont pénétré dans la circulation sanguine, votre corps réagit, d’où le terme de « réaction allergique », sur lequel nous revenons plus en détail dans la section suivante.

Heureusement, les allergies alimentaires sont rares chez les bébés : elles ne concernent que 6 % des enfants en Europe. De plus, chez de nombreux enfants, ces allergies disparaissent en grandissant. Cependant, chez les bébés, les réactions allergiques alimentaires peuvent parfois être violentes. C’est pourquoi il est important de savoir à quoi elles ressemblent et d’avoir les bons réflexes si vous pensez que votre enfant fait une allergie alimentaire.

Les signes et symptômes à surveiller

Les allergies alimentaires peuvent être plus graves que les saisonnières car la réaction de l’organisme peut être beaucoup plus forte.

Voici quelques signes et symptômes d’une réaction allergique alimentaire chez un bébé :

  • Une irritation de la peau. Vous constaterez peut-être la présence de plaques rouges, gonflées ou qui démangent.

  • Des problèmes respiratoires. Ils peuvent aller du simple éternuement à des réactions un peu plus sérieuses comme par exemple une respiration sifflante ou une gorge serrée.

  • Des problèmes digestifs. Cela peut inclure des vomissements ou une diarrhée.

  • Des problèmes de circulation sanguine. Vous constaterez peut-être que votre bébé a la peau pâle ou qu’il a des vertiges. Dans les cas particulièrement graves, votre enfant peut perdre conscience.

Avertissez votre professionnel de santé si vous observez l’un de ces symptômes d’allergie alimentaire chez votre bébé. Si plusieurs de ces symptômes apparaissent en même temps peu de temps après avoir mangé, votre enfant peut être en train de faire une réaction anaphylactique à un aliment particulier. Ce type de réaction peut être mortel : contactez immédiatement le SAMU en appelant le 15, les pompiers au 18 ou les urgences au 112.

Les aliments les plus souvent responsables d’allergies alimentaires chez les bébés

Quels sont les allergènes les plus courants ? Voici une liste des aliments les plus susceptibles de déclencher une réaction allergique alimentaire chez votre bébé :

  • Le lait de vache. Certains enfants développent une allergie au lait. Celle-ci disparaît dans 80 % des cas vers l’âge de un ou deux ans. Gardez en mémoire que le lait artificiel est souvent préparé à partir de lait de vache : si vous en donnez à votre nourrisson et que celui-ci y est allergique, il vous faudra sûrement passer à du lait artificiel hypoallergénique. Si vous allaitez et que votre bébé fait une allergie alimentaire au lait, vous devrez peut-être suivre un régime sans produits laitiers.

  • Les œufs. Chez les bébés, cette allergie alimentaire disparaît dans 60 % des cas vers l’âge de 3 ans.

  • Les fruits à coques (amandes, noix de cajou, noisettes, noix de pécan, pistaches et noix). Pour la plupart des bébés, ces allergies alimentaires persistent à l’âge adulte.

  • Les arachides. Il ne s’agit en réalité pas de fruits à coques mais de légumes similaires aux haricots ou aux pois. Pour la plupart des bébés, ces allergies alimentaires persistent à l’âge adulte.

  • Le soja. Ce type de réaction allergique alimentaire est plus fréquent chez les bébés que chez les enfants plus âgés. Chez certains, elle disparaît en grandissant.

  • Le blé. Il ne faut pas confondre allergie au blé (et au froment) avec intolérance au gluten (que l’on retrouve également dans le seigle et l’orge). Le blé peut être responsable de réactions allergiques alimentaires graves chez le bébé, ce qui ne serait pas le cas d’une intolérance au gluten. Chez les enfants, cette allergie alimentaire disparaît le plus souvent en grandissant.

  • Le poisson (cabillaud, saumon, thon etc.). Pour la plupart des bébés, ces allergies alimentaires persistent à l’âge adulte.

  • Les fruits de mer (crevettes, palourdes, coquilles Saint-Jacques, homards etc.). Pour la plupart des bébés, ces allergies alimentaires persistent à l’âge adulte.

Comme vous pouvez le constater, la situation n’est pas dramatique : pour de nombreux bébés, les allergies alimentaires disparaissent en grandissant. On estime que la vaste majorité des bébés ne font plus de réactions allergiques alimentaires au lait, aux œufs, au blé ou au soja après l’âge de 5 ans. De plus, les allergies aux arachides disparaissent en grandissant pour environ un enfant sur cinq. Si vous avez des questions sur les allergies alimentaires de votre bébé, contactez votre professionnel de santé.

Quelle différence entre une allergie alimentaire et une intolérance ?

Il peut arriver que les enfants ne soient pas allergiques mais simplement intolérants à un certain aliment. L’intolérance à un aliment, qui est, pour simplifier, l’incapacité de le digérer, est moins grave qu’une allergie (qui peut quant à elle déclencher une réaction allergique grave chez votre bébé) mais reste cependant un problème gênant. Voici les deux intolérances alimentaires les plus connues :

  • L’intolérance au lactose. Il s’agit d’une incapacité de votre enfant à digérer les sucres naturellement présents dans le lait. C’est la plus répandue des intolérances alimentaires et elle se traduit par des symptômes comme des gaz, des douleurs abdominales ou des diarrhées. Elle se manifeste rarement chez le nourrisson mais persiste à l’âge adulte. Le risque augmente également en grandissant.

  • L’intolérance au gluten. Il s’agit d’une incapacité du corps à digérer une protéine, le gluten, présente dans le blé, le seigle et l’orge. Comme les intestins ne sont pas capables d’absorber les nutriments contenus dans ces aliments, une réaction immunitaire se produit. Celle-ci se manifeste par des crampes, des diarrhées, une perte de poids et de l’irritabilité. L’intolérance au gluten est généralement diagnostiquée entre l’âge de 6 mois et 2 ans, autour de l’introduction du gluten dans l’alimentation, et persiste jusqu’à l’âge adulte.

Comment diagnostiquer une allergie alimentaire chez un bébé ?

Si vous pensez que votre bébé souffre d’une allergie alimentaire ou d’une intolérance, consultez votre professionnel de santé. N’essayez pas d’établir votre propre diagnostic. Votre médecin pourra utiliser l’une des méthodes suivantes pour déterminer si votre bébé fait bien une réaction allergique alimentaire :

  • Un test cutané (par piqûre ou prick-test). Une goutte d’allergène est déposée sur la peau de votre bébé, puis une piqûre ou griffure est réalisée à travers la goutte pour voir si cela déclenche une réaction. Les résultats apparaissent habituellement en une quinzaine de minutes.

  • Une analyse sanguine. Ce test peut être effectué pour déterminer la quantité d’anticorps présente dans le sang de votre bébé. L’échantillon sanguin est mélangé en laboratoire avec différents allergènes pour voir si des anticorps peuvent alors être détectés. Il peut falloir attendre plusieurs semaines pour obtenir les résultats.

  • Un régime éliminatoire. Cela consiste en la suppression de l’aliment suspecté d’être allergène des repas de votre enfant. Il suffit alors simplement de surveiller votre enfant et de voir si les symptômes disparaissent progressivement. Il peut falloir suivre l’évolution des symptômes pendant plusieurs semaines.

Que faire si l’on a diagnostiqué une allergie alimentaire à votre bébé ?

Si une allergie alimentaire est diagnostiquée à votre bébé, il est plus prudent d’immédiatement retirer cet aliment de ses menus, même si ses réactions ne sont pas particulièrement graves. Vous devrez faire attention en permanence à ce que votre bébé mange, surtout si ce n’est pas vous qui l’avez préparé.

Faites attention aux étiquettes listant les ingrédients

Gardez en mémoire que de nombreux aliments achetés en magasin contiennent des traces d’allergènes (pour les aliments conditionnés, il s’agit le plus souvent de fruits à coques, d’arachides, de soja ou de blé). Il faudra donc que vous preniez l’habitude de lire toutes les étiquettes listant les ingrédients afin de vous assurer que vous ne donniez pas à manger par erreur à votre bébé quelque chose qui déclenche chez lui une réaction allergique alimentaire. Il peut également être utile de vous assurer que vous ne conserviez pas chez vous des aliments contenant des traces de ces allergènes. Votre enfant pourrait faire une incursion dans un placard et manger un aliment qui ne lui convient pas. Quand votre enfant sera plus grand, pensez bien à lui expliquer son allergie alimentaire.

Faites attention aux réactions de votre enfant

Si vous allaitez toujours, évitez certains aliments si vous voyez que votre enfant développe des irritations de la peau ou que ses selles deviennent liquides. Parlez-en tout de même à votre professionnel de santé avant de modifier fortement son alimentation. De la même manière, si vous le nourrissez au lait artificiel et que votre enfant a la peau irritée ou que ses selles sont liquides, lisez la liste des ingrédients du lait artificiel : il est possible qu’il soit allergique à l’un des ingrédients. Consultez votre professionnel de santé : celui-ci pourra vous conseiller de passer à du lait artificiel hypoallergénique. Vous devrez également évidemment surveiller ses réactions pendant le sevrage et le passage aux aliments solides.

Précautions à prendre avec votre bébé en cas d’allergies alimentaires graves

Si votre professionnel de santé a diagnostiqué à votre bébé une allergie alimentaire grave qui pourrait provoquer une anaphylaxie potentiellement mortelle, il vous prescrira un auto-injecteur d’adrénaline spécialement conçu pour empêcher soi-même rapidement le gonflement des voies respiratoires. Vous devrez apprendre à l’utiliser pour être capable d’administrer en urgence une injection à votre petit si celui-ci subit un choc anaphylactique. Gardez-en plusieurs en réserve à portée de main, par exemple un dans votre voiture et un dans votre trousse à pharmacie à la maison. Si votre enfant va à la crèche, assurez-vous que le personnel en a également un. Vous devrez également vous assurer que toute personne devant s’occuper de votre bébé (y compris les grands-parents et les baby-sitters) sache comment l’utiliser. Enfin, pensez à remplacer ces auto-injecteurs quand ils sont périmés. Les nourrices, le personnel de crèche, les instituteurs, vos amis et vos proches doivent tous être mis au courant des allergies alimentaires de votre bébé et savoir quoi faire en cas de choc anaphylactique.

FAQ EN UN CLIN D’ŒIL

  • Les aliments auxquels les enfants font le plus d’allergies sont :

    • le lait de vache,
    • les œufs,
    • les fruits à coque,
    • les arachides,
    • le soja,
    • le blé,
    • le poisson,
    • les fruits de mer.
  • Si votre bébé a des réactions allergiques alimentaires graves, celles-ci peuvent déclencher une anaphylaxie. Il faut alors lui injecter de l’adrénaline au moyen d’un auto-injecteur. Votre professionnel de santé sera en mesure de vous en prescrire. Gardez-en toujours un à portée de main en cas de réaction allergique violente.


    Dans les cas plus bénins, prenez des notes sur la réaction allergique alimentaire de votre bébé en précisant bien les aliments concernés, puis parlez-en à votre professionnel de santé. Celui-ci pourra notamment vous conseiller de supprimer entièrement cet aliment du menu.

  • Oui. L’une des réactions allergiques les plus fréquentes au lait est une irritation de la peau qui peut ressembler à de l’eczéma ou de l’urticaire. La peau peut également démanger ou gonfler. Une allergie au lait de vache se traduit également souvent par des vomissements et une diarrhée.


Si l’on diagnostique à votre bébé une allergie alimentaire, cela peut signifier bannir cet aliment de son assiette et s’assurer que tout le monde autour de lui soit capable de réagir en cas de réaction allergique violente de votre enfant. Heureusement, une bonne partie d’entre elles auront disparu d’ici à ce qu’il soit en âge d’aller à l’école et il suffira de bien faire attention à ce que votre petit mange . Si vous avez besoin d’aide concernant les allergies alimentaires de votre bébé ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à demander conseil à votre professionnel de santé.

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français.

Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous.

Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.

Tentez de gagner 1 an de couches Pampers