Ventre de femme enceinte avec un placenta accreta

Placenta accreta : symptômes, causes et risques

1
20/04/20
Temps de lecture : 3 min.

Dans la plupart des grossesses, le placenta se détache facilement de la paroi utérine après la naissance de l’enfant. Cependant, dans des cas assez rares, le placenta s’implante trop profondément dans le muscle utérin et son détachement devient impossible. Cette complication grave de la grossesse est appelée placenta accreta. Dans la suite de cet article, nous vous en présentons les causes, les symptômes et les facteurs de risque et vous expliquons ce que votre professionnel de santé peut éventuellement faire en cas de diagnostic positif.

Contenu de l'article

Le placenta accreta, c’est quoi ? Les conséquences d’un placenta accreta Les types de placenta accreta Les causes du placenta accreta Les symptômes d’un placenta accreta Les facteurs de risques d’un placenta accreta Diagnostic d’un placenta accreta Les traitements pour un placenta accreta

Le placenta accreta, c’est quoi ?

Le placenta est un organe qui se forme dans votre utérus au cours de la grossesse pour alimenter votre bébé en oxygène et nutriments. En se développant, le placenta se fixe sur la paroi utérine. Dans des cas assez rares, le placenta s’implante trop profondément dans le muscle utérin et ne peut plus se détacher facilement après la naissance de votre bébé. C’est cette anomalie d’implantation que l’on appelle placenta accreta.

Comparaison entre un placenta normal et un placenta accreta

Les conséquences d’un placenta accreta

Le placenta accreta est une pathologie grave qui peut être responsable d’hémorragies vaginales potentiellement mortelles après la naissance de votre enfant. Cela peut se produire dans le cas où une partie du placenta reste accrochée à la paroi utérine tandis que le reste se déchire pendant l’accouchement.

Les saignements utérins importants liés au placenta accreta peuvent empêcher la bonne coagulation du sang et peuvent également provoquer des insuffisances pulmonaires ou rénales.

Le placenta accreta augmente aussi le risque d’un travail prématuré.

Si vous êtes victime de saignements au cours de votre grossesse à cause de cette pathologie, il est possible que vous ayez à accoucher prématurément par césarienne.

Si votre professionnel de santé vous diagnostique un placenta accreta, vous aurez vraisemblablement beaucoup de questions sur ce que cela implique. Rassurez-vous, votre médecin fera en sorte de répondre à toutes vos questions et de garantir que votre bébé et vous soyez en bonne santé avec le minimum possible de complications.

Les types de placenta accreta

« Placenta accreta » est le terme générique pour cette pathologie, qui peut en fait être de trois types différents :

  • Placenta accreta. Le placenta s’attache profondément dans la paroi utérine, mais ne la traverse pas entièrement.
  • Placenta increta. Le placenta est incrusté sur toute l’épaisseur de la paroi utérine et est indissociable de l’utérus lors de la délivrance.
  • Placenta percreta. Le placenta traverse toute la paroi utérine et son enveloppe extérieure et peut parfois même s’attacher aux organes proches tels que la vessie ou les intestins.

Les causes du placenta accreta

Les causes du placenta accreta ne sont pas clairement établies. Dans certains cas, il peut être lié à des anomalies sur la paroi utérine qui sont souvent dues à des cicatrices, par exemple suite à une césarienne ou une intervention chirurgicale de l’utérus. Néanmoins, il est possible de développer un placenta accreta même sans avoir subi d’opération chirurgicale de l’utérus.

Les symptômes d’un placenta accreta

Le placenta accreta n’est le plus souvent trahi par aucun signe ni symptôme au cours de la grossesse. Dans certains cas néanmoins, des saignements vaginaux très rouges mais indolores au cours du troisième trimestre de grossesse ou un peu avant peuvent être un indicateur.

Ce type de saignement peut cependant aussi être un signe de placenta praevia, c’est-à-dire quand le placenta s’implante très bas dans l’utérus et recouvre tout ou partie du col de l’utérus. Si vous constatez des saignements pendant votre grossesse, contactez immédiatement votre professionnel de santé.

Les facteurs de risques d’un placenta accreta

Bien que les causes d’un placenta accreta ne soient pas toujours connues, les facteurs de risque peuvent être :

  • Une chirurgie de l’utérus. N’importe quelle opération chirurgicale de l’utérus ayant endommagé le myomètre (la couche de muscle de l’utérus) augmente le risque de placenta accreta. Parmi les opérations chirurgicales pouvant créer des cicatrices sur l’utérus, on trouve les césariennes, les opérations pour retirer des fibromes, les embolisations artérielles utérines et les ablations de l’endomètre.
  • Une ou plusieurs grossesses précédentes. Le risque de placenta accreta augmente avec chaque grossesse.
  • Être âgée de plus de 35 ans.
  • La position du placenta. Si vous avez un placenta praevia, votre risque de placenta accreta augmente.

Diagnostic d’un placenta accreta

Par le passé, le placenta accreta n’était souvent pas diagnostiqué avant la naissance de l’enfant. Cela peut parfois être toujours le cas, mais une échographie au cours de la grossesse permet maintenant le plus souvent de l’identifier.

C’est une bonne nouvelle, car un diagnostic tôt pendant la grossesse permet à votre professionnel de santé d’essayer d’éviter les complications telles que les hémorragies, ou de mieux s’y préparer.

Si vous présentez des facteurs de risque, votre professionnel de santé sera plus attentif à la probabilité d’un placenta accreta. Si les résultats de l’échographie ne sont pas satisfaisants, il pourra vous demander de passer une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Si l’on vous diagnostique un placenta accreta, votre professionnel de santé saura vous renseigner sur les façons dont la santé de votre bébé et la vôtre seront assurées au cours de votre grossesse et de votre accouchement.

Les traitements pour un placenta accreta

Rien ne peut être fait pour soigner un placenta accreta avant la naissance du bébé, mais les complications potentielles peuvent être minimisées.

En cas de diagnostic tôt pendant la grossesse, il est courant de prévoir une naissance par césarienne suivie d’une hystérectomie, qui consiste en l’ablation de tout ou partie de l’utérus. En fonction de la gravité du placenta accreta, il est parfois possible d’éviter la césarienne et l’hystérectomie ; votre professionnel de santé sera à même de vous informer sur les choix possibles.

La césarienne pourra être prématurée ou à terme, en fonction de ce que votre professionnel de santé pense être la solution la plus sûre pour votre bébé et vous. En cas de complications inattendues, vous pourrez avoir à subir une césarienne en urgence.

Votre professionnel de santé pourra vous proposer ou vous conseiller une amniocentèse. Ce dépistage permet à votre médecin de déterminer le meilleur moment pour effectuer une césarienne car il permet d’établir le degré de développement des poumons de votre bébé et donc de savoir s’il est prêt à naître.

Il est également possible dans certains cas que l’on vous prescrive des corticoïdes pour accélérer le développement des poumons et des autres organes de votre bébé. Cela permet d’aider votre bébé dans l’éventualité où votre professionnel de santé déciderait qu’un accouchement prématuré par césarienne est la meilleure solution.

FAQ en un clin d’œil

  • Q: Quelles sont les causes d’un placenta accreta ?
  • Q: Les placenta accreta sont-ils courants ?

Le placenta accreta est une pathologie grave mais dont le risque de complications peut être minimisé si le diagnostic est effectué tôt pendant la grossesse. Une aide sera mise en place pour garantir que votre bébé et vous soyez en sécurité.

Pampers
Voir toutes les sources

Ceci pourrait également vous intéresser :