Grossesse à terme

Ça y est, vous êtes dans votre troisième trimestre et vous comptez les jours qui vous séparent encore de l’arrivée de votre petit. Cependant, seuls 5 % des bébés naissent exactement le jour prévu, ce que l’on appelle au terme de la grossesse, et vous vous demandez peut-être s’il y a des risques pour votre bébé si jamais vous accouchez un peu avant ou un peu après. Dans la suite de cet article, nous vous expliquons ce que tous ces mots étranges comme « avant terme » ou « grossesse prolongée » signifient et surtout, si cela est mauvais signe pour votre enfant.

Quelle est la durée normale d’une grossesse à terme ?

En France, la durée d’une grossesse se calcule de deux manières. On parle soit de semaines de grossesse (SG), c’est-à-dire la durée écoulée depuis la conception en elle-même, soit de semaines d’aménorrhée (SA), c’est-à-dire la durée écoulée depuis les dernières règles. Dans la pratique, il y a une légère préférence pour le nombre de SA, dans la mesure où cette date est généralement connue avec plus de précision, mais les deux systèmes sont utilisés. Le nombre de SA est équivalent au nombre de semaines de grossesse auquel on ajoute deux semaines. Alors, à combien de semaines accouche-t-on en moyenne ?

Une naissance est considérée comme « à terme » après 41 SA ou 39 semaines de grossesse. Cependant, la plupart des naissances ne tombant pas exactement le jour exact prévu, on considère qu’une grossesse est arrivée à son terme dans la période d’un mois autour de la date d’accouchement prévue. Soit donc entre en gros la 37e et la fin de la 41e semaine de grossesse.

Cependant, la période considérée comme idéale reste la 39e semaine de grossesse. En effet, votre bébé a encore un peu de chemin à parcourir ces derniers jours et il est possible qu’un bébé né à la semaine 37 ou 38 éprouve un peu plus de difficultés à se nourrir ou à respirer qu’un bébé né à la semaine 39 ou 40. Il peut aussi avoir un système immunitaire un peu plus faible ou avoir plus de mal à bien contrôler la température de son corps.

Le vocabulaire de l’accouchement au troisième trimestre

Vous entendrez sûrement de nombreuses nouvelles expressions au cours de votre troisième trimestre de grossesse. Voici le vocabulaire habituellement employé :

  • Avant terme : avant 37 semaines de grossesse. Tout bébé né avant que cette durée ne se soit écoulée est qualifié de prématuré.

  • En avance : du début de la semaine 37 jusqu’à la fin de la semaine 38

  • À terme : du début de la semaine 39 à la fin de la semaine 40.

  • Grossesse prolongée : naissance la 41e semaine.

  • Dépassement du terme : toute naissance après le début de la semaine 42.

Un degré de précision est parfois apporté par le corps médical à ces expressions : en effet, le jour exact est parfois indiqué. Votre date d’accouchement pourra ainsi être notée 39 SA + 6 j.

L’image ci-dessous pourra vous aider à vous souvenir de toutes ces expressions.

Le vocabulaire du terme de la grossesse

Quelle est la durée normale d’une grossesse multiple à terme ?

La plupart des spécialistes s’accordent pour dire que dans le cas d’une grossesse multiple, un accouchement légèrement en avance, autour de la 38e semaine, ne présente aucun risque particulier.

En effet, à partir de cette date, le placenta peut perdre en efficacité et moins bien délivrer les nutriments à vos jumeaux. Gardez en mémoire que si vous attendez non pas un mais deux bébés, votre professionnel de santé suivra attentivement l’évolution de votre grossesse et décidera si la meilleure chose pour vous trois est d’attendre un accouchement par voie basse à terme ou au contraire d’accoucher en avance par césarienne ou en déclenchant artificiellement le travail.

37 semaines de grossesse : terme ou pas terme ?

Si l’on parlait auparavant de grossesse à terme au bout de 37 semaines, le vocabulaire a évolué avec la compréhension du fait que même si votre bébé est prêt à naître à cette date, les deux semaines suivantes sont en réalité importantes pour son développement. Cependant, une naissance en avance peut rester nécessaire si son prolongement présente un risque pour votre santé ou celle de votre bébé, par exemple si vous souffrez de placenta praevia.

Les risques d’une naissance « en retard »

La date de la conception, à partir de laquelle on commence à compter les semaines de grossesse écoulées, est nécessairement floue. C’est pour cela qu’il est parfaitement normal que votre enfant naisse un peu avant ou un peu après cette date. On compte en général deux semaines à partir de votre date d’accouchement prévue avant de commencer à parler de dépassement du terme. C’est pourquoi votre professionnel de santé vous conseillera d’attendre calmement si votre petit ne se montre pas exactement le jour J. Cependant, la situation de chaque future maman est unique et votre professionnel de santé sait qu’une grossesse prolongée ou un dépassement de terme augmente les risques que :

  • le poids à la naissance de votre bébé soit plus important,

  • l’accouchement dure plus longtemps,

  • l’accouchement par voie basse soit « assisté », c’est-à-dire que la sage-femme utilise des forceps ou une ventouse pour aider votre bébé à traverser le col de l’utérus,

  • vous ayez à subir une césarienne,

  • l’on vous fasse une épisiotomie.

Le personnel soignant surveille en général les signes de détresse fœtale pendant l’accouchement, par exemple en faisant une échographie ou en mesurant son pouls. Si votre bébé montre des signes d’agitation, le risque de complications augmente. Au cours des dernières semaines de grossesse, votre professionnel de santé vérifiera également à plusieurs reprises que votre bébé se présente la tête la première et pas autrement. Si tout semble en ordre, votre professionnel de santé pourra vous conseiller de simplement attendre quelques jours de plus.

Le déclenchement artificiel du travail

Si votre bébé a un peu de retard et particulièrement s’il tarde plus de deux semaines, votre professionnel de santé vous recommandera probablement un déclenchement artificiel du travail. Cela a pour but principal de réduire le risque de complications à la naissance, ce risque augmentant de façon significative lorsque le terme de la grossesse est dépassé. Par exemple, votre bébé sera probablement plus gros et bénéficiera de moins de liquide amniotique. Cependant, ce déclenchement artificiel du travail peut également vous être suggéré avant terme ou à terme si vous souffrez de problèmes de santé comme un diabète gestationnel ou une pré-éclampsie (c’est-à-dire que votre tension artérielle est élevée). Si votre bébé semble avoir des problèmes de développement ou que le placenta se détache de la paroi utérine, le travail peut également être déclenché rapidement. De votre côté, vous vous sentirez sûrement un peu dépassée par les événements au cours du troisième trimestre, mais pas d’inquiétude : quelle que soit la durée de votre grossesse, votre professionnel de santé est là pour que tout se passe bien pour vous et votre bébé et vous donnera toutes les informations nécessaires en temps et en heure.

Diminuer le risque de dépassement du terme de la grossesse

Il n’est pas possible de véritablement éviter à coup sûr une grossesse prolongée ou un dépassement du terme. Cependant, cela a plus de risque de se produire si :

  • c’est votre première grossesse,

  • vous avez déjà eu une grossesse prolongée ou un dépassement de terme,

  • vous êtes obèse.

L’une des façons d’aider le travail à se déclencher consiste à stimuler d’un doigt le col de l’utérus. Votre professionnel de santé décollera du doigt les membranes connectant la poche amniotique à la paroi utérine. Cela ne fait pas systématiquement effet mais est une façon « naturelle » de stimuler le col de l’utérus et de l’inciter à démarrer les contractions. Si vous êtes vraiment impatiente de rencontrer votre bébé, vous aurez peut-être envie de vous tourner vers des remèdes de grand-mère comme par exemple l’huile de ricin. L’efficacité et la sûreté de telles solutions n’est pas démontrée, alors parlez-en impérativement à votre professionnel de santé avant toute initiative de votre part.

L’accouchement programmé

Enfin, dans certains cas, l’accouchement est programmé. Cette décision est prise collégialement entre la future maman et son professionnel de santé et peut impliquer un déclenchement artificiel du travail ou une césarienne programmée.

Cette option peut être envisagée pour des raisons autres que médicales : peut-être que vous habitez très loin d’un hôpital ; peut-être que la gêne des derniers jours serait trop importante pour vous ; peut-être que cela réduira les angoisses et les peurs liées à l’accouchement. Si vous y pensez, parlez-en à votre professionnel de santé. Celui-ci saura vous proposer la meilleure solution pour votre bébé et vous.

Vous avez sûrement l’impression que vous attendez depuis une éternité de pouvoir rencontrer votre bout de chou, mais tenez bon, il sera bientôt là. En attendant, révisez les signes du travail à surveiller et comment bien calculer les contractions pour savoir quand il sera temps d’appeler votre professionnel de santé.