signe accouchement

Comment commence le travail ? Avec la perte des eaux ? Les contractions ? Ce sont des signes certains du travail, oui, mais parfois, son arrivée imminente est annoncée de manière plus subtile. Le corps d’une femme lui envoie presque toujours les signaux nécessaires et la capacité de les reconnaître pour ce qu’ils sont. Néanmoins, pour vous aider à les comprendre, nous avons compilé une liste des signes les plus courants du travail. Dans la suite de cet article, nous vous présentons les différentes étapes du travail, les différences entre le vrai et le faux travail, les signes et les symptômes de la phase de latence et du travail actif et, enfin, quoi faire lorsque vous pensez que votre bébé est en route.

Le travail, c’est quoi ?

Le travail ou accouchement au sens large désigne tout le processus permettant à votre bébé de quitter son nid douillet dans votre utérus pour rejoindre le monde extérieur. Vous attendez sûrement ce moment avec anticipation et excitation depuis longtemps mais il faut bien comprendre que le travail est un processus relativement lent, en plusieurs parties, et dont le détail varie selon chaque femme et chaque grossesse. Ceci étant dit, son déroulement général est sensiblement identique pour la plupart des femmes. En vous renseignant sur ce qui vous attend, vous vous sentirez mieux préparée lorsque ce sera le grand jour.

Quand est-ce que le travail commence ?

Bien que votre date d’accouchement soit en général prévue pour la 40e semaine, c’est-à-dire la durée moyenne d’une grossesse à terme, ne vous attendez pas à ce que votre bébé soit parfaitement à l’heure. Une grossesse peut durer un peu plus longtemps et l’on parle alors de grossesse prolongée pour les naissances au cours de la 41e semaine et de dépassement du terme pour les naissances après le début de la 42e semaine. Il peut également arriver que le travail commence avant la 40e semaine, par exemple lors de la 38e ou 39e semaine. Si le travail se déclenche avant la 37e semaine, il est qualifié de prématuré. Il ne débouche pas toujours sur une naissance prématurée mais requiert toujours une attention médicale immédiate. Si votre date d’accouchement prévue est maintenant dépassée, vous pouvez commencer à vous impatienter et à avoir envie que le travail commence. Peut-être avez-vous entendu parler de méthodes traditionnelles pour aider au déclenchement du travail comme par exemple le fait d’avaler de l’huile de ricin Cependant, l’efficacité de ces méthodes n’a pas été prouvée et, de manière générale, les experts déconseillent les remèdes artisanaux. Si votre travail n’a toujours pas commencé et que cela vous inquiète, la meilleure chose à faire est de consulter votre professionnel de santé.

Générateur de prénom

Générateur de prénom

Par sexe:

Fille

Garçon

Unisexe

Par thème:

Ancien

Célébrités et artistes

Moderne

Mythologie

Nature

Original

Religieux

Les différentes étapes du travail

L’accouchement se décompose en trois phases : 1. Le travail. Cette première étape comporte deux parties, la phase de latence suivie du travail actif. La principale différence entre celles-ci repose sur la fréquence et l’intensité de vos contractions. La phase de latence se caractérise par des contractions légères tandis que le travail actif s’accompagne de contractions plus régulières et plus marquées.

2. L’expulsion de votre bébé. Cette étape est généralement plus courte que la précédente mais vous demande plus d’efforts car vous devrez pousser votre bébé vers la sortie.

3. La délivrance du placenta. Il s’agit de l’étape la plus courte. De nouvelles contractions permettent le décollement du placenta de la paroi utérine et son expulsion à travers le col de l’utérus. Il vous faudra peut-être pousser un peu pour l’aider à sortir. Après une dernière contraction de votre utérus, votre accouchement est terminé.

Les signes et les symptômes du travail

L’accouchement n’est pas le même pour toutes les femmes et peut même être différent d’une grossesse à l’autre pour une même femme. Il y a cependant un certain nombre de points communs. Voici les 10 signes que l’accouchement est proche les plus fréquents : 1. Un regain d’énergie ou l’envie de faire son nid

2. L’allègement, qui indique que le bébé se rapproche de la sortie

3. Des contractions pouvant être légères (pendant la phase de latence) ou marquées (pendant le travail actif)

4. L’effacement, c’est-à-dire l’amincissement du col de l’utérus

5. La dilatation, c’est-à-dire l’élargissement de l’ouverture du col de l’utérus

6. La perte du bouchon muqueux

7. La perte des eaux

8. Des crampes dans les jambes

9. Des douleurs ou une pression dans le dos

10. Des nausées Les deux rubriques suivantes vous présenteront plus en détail les signes et les symptômes associés aux deux phases (phase de latence et travail actif) de la première grande étape de l’accouchement.

Les signes et les symptômes de la phase de latence

La phase de latence peut être assez imprévisible en termes de durée. Il peut s’écouler des heures voire des jours avant que ne commence le travail actif, en particulier s’il s’agit de votre premier bébé. En général cette phase dure moins longtemps lors des accouchements suivants. Tant que vos contractions ne deviennent pas plus régulières et plus intenses et tant que vous n’avez pas perdu les eaux, détendez-vous : le travail actif commencera bien assez tôt. Bien que chaque grossesse soit différente, vous ressentirez peut-être certains des symptômes de la phase de latence, certains pouvant être plus discrets que d’autres :

  • Un regain ou une baisse d’énergie. Si vous vous sentez particulièrement fatiguée ou au contraire avez un regain d’énergie soudain dans les jours ou semaines qui précèdent le travail, c’est parfaitement normal. Vous ressentirez peut-être aussi l’envie de préparer votre maison pour bébé et de « faire son nid ». Cette envie de faire le nid peut surgir n’importe quand pendant votre grossesse mais pour beaucoup de femmes elle survient juste avant le travail. Ne vous épuisez pas. Contentez-vous de vous reposer et conservez vos forces.

  • Un allègement. Votre bébé descend plus bas dans votre pelvis lors des semaines, des jours ou des heures qui précèdent le travail. On appelle cela l’allègement, car vous aurez probablement moins de mal à respirer une fois que votre bébé sera descendu et cessera de comprimer votre diaphragme.

  • Des contractions légères. Vous ressentirez peut-être quelques contractions légères toutes les 5 à 15 minutes, qui peuvent durer entre 60 et 90 secondes. La douleur ou la pression que vous ressentirez part généralement du bas du dos et se déplace vers l’abdomen. Vers la fin de la phase de latence, les contractions peuvent être espacées de moins de 5 minutes.

  • L’effacement. Le col de votre utérus s’amincit, s’assouplit et rétrécit totalement avant un accouchement par voie basse. Il est possible que vous ne ressentiez que de légères contractions, voire rien du tout.

  • La dilatation. Le col de votre utérus va également commencer à s’élargir jusqu’à être totalement dilaté. Cela commence lentement au début mais s’accélère avec le début du travail actif.

  • La perte du bouchon muqueux. Vous remarquerez peut-être une perte vaginale épaisse, rosâtre ou légèrement teintée de sang. Il s’agit du bouchon muqueux qui fermait le col de votre utérus pendant la grossesse. Cette perte apparaît souvent plusieurs jours avant le début du travail, bien qu’elle ne soit pas forcément toujours visible.

Les signes et les symptômes du travail actif

Le travail actif est le moment où les choses sérieuses commencent et le signal qu’il faut vous rendre à l’hôpital. Le travail actif peut durer de quatre à huit heures, et parfois même plus. Le col de votre utérus devrait alors s’être dilaté de 6 à 10 centimètres, et vous constaterez des signes plus forts que le travail a débuté, notamment :

  • La perte des eaux. Quelques heures avant l’accouchement (mais parfois seulement pendant le travail), la poche amniotique qui entoure votre bébé se déchire et le liquide qu’elle contient est libéré. Vous pourrez constater un léger écoulement ou un flot plus conséquent.

  • Des contractions fortes et régulières. Avec le début du travail actif, les contractions deviennent devraient être plus fortes, plus rapprochées, et plus régulières. Chaque contraction durera environ 30 à 70 secondes avec moins de 5 minutes entre chaque, et leur intensité augmentera progressivement. Le fait de chronométrer vos contractions peut vous aider à suivre l’avancée du travail.

  • Des crampes dans vos jambes. Vous pouvez avoir des crampes dans les jambes lorsque le travail actif commence.

  • Des douleurs ou une pression dans le dos. Vous pouvez ressentir des douleurs dans le dos ou une sensation de lourdeur douloureuse au fur et à mesure que la pression sur votre dos augmente.

  • Des nausées. Certaines femmes ont la nausée quand le travail actif commence.

Article connexe

Accouchement
La différence entre les vraies contractions et les fausses contractions, dites de Braxton Hicks

Les différences entre le vrai et le faux travail

S’il s’agit de votre premier bébé, vous pouvez penser que le travail commence alors qu’il ne s’agit en fait que d’une fausse alerte. Alors, comment différencier les signes annonciateurs du « vrai » travail et ceux du « faux » travail (on parle de contractions de Braxton-Hicks) ? La meilleure méthode consiste à calculer (ou chronométrer) ses contractions et à déterminer si elles disparaissent lorsque vous changez de position. Utilisez le tableau ci-dessous pour vous aider à différencier entre le vrai et le faux travail.

 

 

Vrai travailFaux travail
Les contractions sont régulières et suivent un rythme prévisible (par exemple toutes les huit minutes).Les contractions sont irrégulières et imprévisibles, pouvant par exemple se produire à des intervalles de dix minutes, puis six, puis deux, puis huit, etc.
Vous ressentez trois types de progression : les contractions deviennent plus fréquentes, durent plus longtemps, et deviennent plus fortes.Aucune progression n’est constatée au fil du temps quant à l’écart entre les contractions, leur durée ou leur intensité.
Chaque contraction commence dans le bas du dos et irradie par-devant, dans le bas de l’aine.Les contractions sont ressenties sur le devant.
Un changement d’activité ou de position ne va pas ralentir ou arrêter les contractions.Un changement d’activité ou de position peut ralentir ou arrêter les contractions.
Votre professionnel de santé constate que le col de votre utérus s’assouplit, s’amincit ou se dilate.Aucun changement au niveau du col de l’utérus.

 

Les 10 signes de travail les plus fréquents

Que faire pendant la phase de latence ?

Si vous ne présentez que quelques-uns des signes de l’arrivée du travail, vous n’avez pas forcément encore besoin d’aller à l’hôpital. Le travail peut être très long et vous serez plus à l’aise, et tout à fait en sécurité, en restant chez vous. Si cependant vous avez des doutes sur ce que vous ressentez, contactez immédiatement votre professionnel de santé. Réaliser que le travail commence pourra déclencher chez vous des émotions allant de l’excitation à l’incrédulité ou à l’appréhension. Essayez de rester calme et concentrée. Faites en sorte que votre partenaire ou ami(e) soit avec vous et vous aide à noter les symptômes du travail, qu’il (elle) vous tienne compagnie et vous emmène à l’hôpital quand le moment sera venu. Vous pouvez également essayer de vous mettre plus à l’aise en :

  • Allant vous promener.

  • Essayant des techniques de relaxation ou des exercices de respiration que l’on vous a apprises pendant les séances de préparation à l’accouchement.

  • Changeant de position.

  • Prenant une douche ou un bain.

Quand contacter votre professionnel de santé et vous rendre à l’hôpital ?

Si vous n’êtes pas sûre que votre travail a commencé, demandez conseil à votre professionnel de santé. Appelez votre professionnel de santé ou rendez-vous à l’hôpital si vous constatez l’un des signes de l’accouchement suivants :

  • Vous avez perdu les eaux mais vous ne ressentez aucune contraction et plus particulièrement si le liquide qui s’écoule est verdâtre, marron ou sent mauvais

  • Vous constatez un saignement rouge vif (pas rose pâle ou marron foncé comme lors de la perte du bouchon muqueux) et vous avez mal au ventre

  • Vous avez mal à la tête, des troubles de la vue ou des gonflements soudains : cela peut indiquer que vous souffrez de pré-éclampsie

  • Vous avez très mal en permanence, c’est-à-dire sans que la douleur ne s’atténue pas entre les contractions

  • Vous sentez que votre bébé est moins actif

  • Vous pensez que vous commencez le travail de façon prématurée.

FAQS EN UN CLIN D'OEIL

L’apparition des signes associés à la phase de latence signalent généralement le début du travail. Ces signes sont notamment :

  • Un regain d’énergie et l’envie de faire son nid, c’est-à-dire de faire en sorte que tout soit prêt pour l’arrivée de votre bébé.
  • L’allègement, qui indique que votre bébé descend vers le col de l’utérus et relâche la pression sur votre diaphragme.
  • Des contractions légères que vous pouvez ressentir dans votre dos et votre abdomen toutes les 5 à 15 minutes et durant entre 60 et 90 secondes.
  • L’effacement, c’est-à-dire l’amincissement, l’assouplissement et le rétrécissement du col de l’utérus.
  • La dilatation, c’est-à-dire l’élargissement de l’ouverture du col de l’utérus.
  • La perte du bouchon muqueux, qui se traduit par une perte vaginale épaisse, rosâtre ou légèrement teintée de sang.

Vous pourrez ressentir des crampes dans les jambes pendant le travail actif, c’est-à-dire la phase pendant laquelle les contractions deviennent plus intenses et plus régulières. Les gonflements sont assez fréquents pendant les grossesses mais ils peuvent parfois être associés à un problème que l’on appelle la pré-éclampsie. Si vous souffrez de gonflements quels qu’ils soient, contactez votre professionnel de santé.

Les contractions caractéristiques de la phase de latence sont assez légères comparées à celles associées au travail actif qui sont quant à elles plus marquées. La douleur est également différente : pendant la phase de latence, celle-ci est plus généralement ressentie dans le dos et dans l’abdomen tandis que pendant le travail actif, celle-ci est plutôt ressentie dans le dos et dans le bas-ventre.

Cela dépend de plusieurs facteurs : la fréquence et l’intensité de vos contractions, si vous avez perdu les eaux ou non, si vous ressentez des douleurs liées au travail ou non, et d’autres symptômes également. Votre professionnel de santé vous aura probablement donné des instructions précises à l’approche de votre date d’accouchement prévue : suivez attentivement ces consignes. Si cependant vous ne savez toujours pas exactement si vous devez vous rendre à l’hôpital, contactez ce dernier ou votre professionnel de santé et discutez des symptômes que vous ressentez avec eux.

On parle de travail prématuré lorsque celui-ci commence avant la 37e semaine de grossesse. Si vous pensez que votre travail se déclenche prématurément, contactez immédiatement votre professionnel de santé.

En résumé

Au fur et à mesure que votre d’accouchement prévue se rapproche, finalisez votre projet de naissance si ce n’est pas déjà fait et commencez à surveiller l’apparition des signes et symptômes d’un accouchement proche. Il est très peu probable que votre travail commence soudainement, sans prévenir. Votre corps vous signalera que c’est bientôt le grand jour, alors assurez-vous que votre sac d’accouchement est fait, et soyez prête à partir pour l’hôpital lorsque le moment viendra. Vous savoir préparée vous aidera à ne pas stresser lorsque vous verrez apparaître les premiers signes du travail. Vous êtes presque à la fin de votre grossesse et vous vous apprêtez à mettre votre bébé au monde. Vous pouvez y arriver ! En attendant le grand jour, pensez à faire une réserve de couches pour les premiers jours après votre retour chez vous. En installant l’application Pampers Club, vous pourrez même être récompensés pour tous ces achats !

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français. Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous. Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.