Le réflexe de Moro chez un bébé

Le réflexe de Moro est l’un des nombreux réflexes du nouveau-né présents dès la naissance. Vous remarquerez sûrement rapidement que votre bébé a ce réflexe. Dans la suite de cet article, nous vous expliquons ce que c’est, ce qui le déclenche et comment, si besoin, calmer votre enfant.

Le réflexe de Moro du bébé, c’est quoi ?

Il s’agit d’un réflexe de surprise automatique ou involontaire du bébé et du nouveau-né qui consiste à écarter brusquement ses bras et ses jambes et à étirer le cou avant de les ramener dans un mouvement d’étreinte et parfois de se mettre à pleurer. Ce réflexe du nouveau-né apparaît souvent :

  • si la tête de votre bébé fait un mouvement brusque,

  • si sa tête part en arrière,

  • s’il est surpris par un stimulus inattendu comme un bruit soudain,

  • s’il perd l’équilibre, par exemple suite à un mouvement brusque.

À noter que le réflexe de Moro des bébés prématurés est souvent très discret les premiers temps.

Comment calmer le réflexe de Moro d’un bébé ?

Il arrive que votre bébé déclenche son réflexe de Moro pendant son sommeil et se réveille alors lui-même. Un des moyens d’éviter ça consiste à emmailloter votre bébé dans une couverture. Voici un guide visuel étape par étape :

Comment emmailloter votre bébé

À quel âge le réflexe de Moro de mon bébé va-t-il disparaître ?

Le réflexe de Moro apparaît généralement dans les premières semaines après l’accouchement et est particulièrement visible le premier mois. Il disparaît progressivement vers deux mois. Les mouvements et les gestes de votre bébé vont progressivement devenir de plus en plus volontaires au fur et à mesure que ce réflexe (et les autres) disparaît.

Comment tester le réflexe de Moro chez un bébé ?

Votre professionnel de santé va probablement vérifier peu de temps après la naissance et au cours d’une visite médicale le réflexe de Moro de votre bébé. Pour ce faire, il va allonger votre enfant sur le dos sur un petit matelas et doucement lui lever la tête avant de la lâcher pendant une fraction de seconde. Votre nouveau-né peut alors vous sembler surpris et devrait écarter les bras et pleurer un peu, puis progressivement ramener ses bras sur son torse et se calmer. Si la réaction de votre enfant est très exagérée ou asymétrique (un côté réagit plus que l’autre), votre professionnel de santé voudra sûrement examiner un peu plus votre enfant pour en déterminer la cause.

Article connexe

Développement du nouveau-né
Les réflexes de bébé et du nouveau-né

Est-ce grave si le réflexe de Moro de mon bébé n’a pas encore disparu ?

Chaque enfant est unique et grandit à son propre rythme : si votre bébé a toujours son réflexe de Moro vers l’âge de deux mois, il n’y a pas encore de raison de s’inquiéter. Si cependant ce réflexe de défense persiste jusqu’à 4 mois environ, parlez-en à votre professionnel de santé qui regardera si votre enfant n’a pas des retards de développement. Il réalisera une série de tests et d’examens pour établir un diagnostic pertinent.

En résumé

Le réflexe de Moro est une réaction involontaire de surprise qui apparaît dès les premières semaines avant la naissance et disparaît généralement progressivement autour de 2 mois. Le réflexe de Moro d’un nourrisson se déclenche parfois pendant son sommeil et peut le réveiller. L’une des façons d’empêcher cela est de l’emmailloter. Si ce réflexe perdure au-delà du 4e mois, parlez-en à votre professionnel de santé qui vérifiera qu’il ne s’agit pas d’un retard de développement. Cependant, chaque enfant est un cas unique et il est possible que ce ne soit rien de grave.

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français. Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous. Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.