colostrum

Vous avez peut-être déjà entendu parler du colostrum ou du « premier lait » sans trop savoir de quoi il s’agit. Le colostrum est le lait que votre corps produit pendant la grossesse et les premiers jours après l’accouchement, une version encore plus riche en nutriments que le lait maternel « classique » qui lui succède juste après.

Vous vous demandez peut-être ce que c’est exactement, surtout si vous en avez retrouvé un peu dans votre soutien-gorge ces derniers temps ou si vous envisagez d’allaiter votre nouveau-né. Dans la suite de cet article, nous vous expliquons ce que c’est, combien de temps vous en produirez et combien il en faudra à votre bébé.

Le colostrum, c’est quoi ?

Le colostrum est, pour faire simple, du lait maternel enrichi en protéines, en sels minéraux, en anticorps et autres bonnes choses pour bien protéger votre enfant après sa sortie de votre ventre. Le colostrum est notamment plus riche en protéines et plus pauvre en sucres, en graisses et en calories que le lait maternel « classique ».

Si vous allaitez votre nouveau-né, ce qui sort de vos seins pendant les premiers jours est du colostrum, qui sera ensuite naturellement remplacé par le lait maternel classique.

Les bienfaits du colostrum

Si vous allaitez, vous pouvez vous dire que le colostrum est en quelque sorte le premier repas de votre bébé et qu’il regorge de bienfaits :

  • Il aide à protéger votre bébé contre les microbes en protégeant sa paroi intestinale et en renforçant son système immunitaire

  • Il protège votre bébé des inflammations et tue les micro-organismes pouvant représenter une menace

  • Il a des propriétés laxatives qui aident votre bébé à évacuer le méconium (ses premières selles) et ainsi à diminuer le risque de jaunisse

  • Il aide à réduire le risque d’hypoglycémie chez les bébés nés à terme

  • Il offre un apport nutritionnel supplémentaire aux bébés prématurés.

À quoi ressemble le colostrum ?

De la même manière que le lait concentré sucré est plus épais et collant que le lait « normal », le colostrum est plus épais et collant que le lait maternel classique. Le colostrum est de couleur orangée ou jaunâtre ou, au contraire, de couleur claire.

Il est habituellement jaunâtre à cause de sa teneur en bêta-carotène (qui donne leur couleur aux carottes) mais pas de panique si ce n’est pas le cas pour vous : chaque femme est différente et le colostrum est parfois un peu plus liquide ou un peu plus clair.

À partir de quand produit-on du colostrum ?

Les seins d’une femme enceinte peuvent se préparer à la production de colostrum en début de grossesse, dès la 16ᵉ semaine ou, plus probablement, un peu plus tard au cours du deuxième trimestre. Il n’y a pas de souci à se faire si vous remarquez que vous produisez du lait bien avant votre accouchement.

En effet, la montée ou la perte de colostrum n’est pas un signe d’accouchement. Cela paraît contre-intuitif, mais il est parfaitement normal d’avoir un peu de lait qui s’écoule de votre poitrine avant d’avoir accouché.

À l’inverse, ce n’est pas parce que vous ne constatez pas d’épanchement que vos seins sont inactifs ! Ils se préparent à l’allaitement, que vous vous en rendiez compte ou non.

Si vous avez régulièrement un peu de colostrum qui coule de vos seins, vous pouvez acheter des coussinets de protection jetables ou réutilisables à placer dans votre soutien-gorge pour protéger vos vêtements.

Article connexe

Alimentation
FAQ : Allaitement maternel

Pendant combien de temps produit-on du colostrum ?

En général, le corps de la femme produit du colostrum pendant plusieurs jours après l’accouchement avant de progressivement se mettre à produire du lait maternel « classique ».

La production de colostrum dure en général deux à cinq jours après la naissance, après quoi la poitrine grossit et se raffermit, signe que votre production de lait augmente et que le colostrum est remplacé par du lait classique. La transition s’étale sur plusieurs semaines.

De combien de colostrum un nouveau-né a-t-il besoin ?

Les nouvelles mamans produisent de 10 à 100 millilitres de colostrum par jour, avec une moyenne autour de 2 à 20 ml par tétée, ce qui est exactement ce dont a besoin votre bébé. Pas de panique néanmoins si vous n’en produisez pas tant : l’important est de lui en donner, même si c’est une petite quantité. L’estomac de votre bébé va, comme vos seins, progressivement s’agrandir pour recevoir tout ce bon lait.

N’hésitez pas à demander des conseils sur l’allaitement au personnel soignant de l’hôpital, qui est là pour vous aider : c’est un peu plus compliqué qu’il n’y paraît. Et si vous avez peur de ne pas produire assez de lait, demandez-leur comment augmenter votre production de lait maternel.

FAQ EN UN CLIN D’ŒIL

Le colostrum est le premier lait que la future maman se met à produire pendant la grossesse et les premiers jours après l’accouchement. Il sert notamment à améliorer le système immunitaire de votre nouveau-né.

Le colostrum peut être de couleur orangée, jaunâtre, blanc ou de couleur claire.

Le colostrum favorise le développement du système immunitaire de votre bébé en lui fournissant des anticorps pour le protéger des microbes.

Le colostrum est plutôt épais et légèrement collant et le plus souvent de couleur jaunâtre.

Le colostrum est essentiel pour votre bébé et est un premier repas idéal : il lui apporte des anticorps pour renforcer son système immunitaire et mieux démarrer dans la vie.

Si vous n’envisagez pas d’allaiter, demandez conseil sur le lait artificiel car si celui-ci peut être utilisé, il y a quand même quelques différences.

Enfin, toute cette nourriture signifie beaucoup de couches à changer. Grâce à l’application Pampers Club, vous pourrez accumuler des points et transformer tous ces achats de couches en cadeaux ?

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français. Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous. Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.