La jaunisse du nourrisson

Enfin, après toute cette attente et toute cette préparation, votre bébé est né ! C’est une période incroyablement riche en émotions et en nouvelles expériences. Vous pourrez par exemple peut-être constater un jour ou deux après sa naissance que le visage de votre petit prend une teinte légèrement jaune. Si c’est le cas, il est possible que votre bébé ait la jaunisse.

Dans la suite de cet article, nous vous expliquons ce qu’est la jaunisse, quels en sont les symptômes, les causes éventuelles, comment diagnostiquer et soigner une jaunisse du nourrisson mais aussi quelles peuvent être les complications associées.

La jaunisse du bébé, c’est quoi ?

De nombreux nouveau-nés sont en bonne santé mais souffrent malgré tout de jaunisse. Voici pourquoi : la décomposition naturelle des globules rouges dans le sang produit une substance jaunâtre que l’on appelle la bilirubine. Si le foie de votre bébé n’est pas encore complètement capable de filtrer la bilirubine, cette substance commence alors à s’accumuler. Cette accumulation que l’on appelle hyperbilirubinémie est à l’origine de la jaunisse de votre bébé, qui est le nom que l’on donne au phénomène de coloration jaunâtre de sa peau et parfois du blanc de ses yeux. On parle aussi d’ictère du nouveau-né.

Signes et symptômes d’une jaunisse de bébé

Si votre bébé a la jaunisse, celle-ci se manifestera le plus souvent par une coloration jaunâtre au niveau de son visage et qui peut progressivement s’étendre à sa poitrine et à son ventre et même parfois aux bras et aux jambes ainsi qu’au blanc des yeux.

Si vous remarquez l’apparition de ces symptômes chez votre enfant, contactez votre professionnel de santé.

Comment savoir si la jaunisse de votre bébé empire

Dans la plupart des cas, une jaunisse disparaît d’elle-même en quelques semaines. Cependant, l’apparition de l’un des symptômes ci-dessous nécessite des soins médicaux immédiats :

  • La peau de votre nouveau-né devient de plus en plus jaune

  • Votre petit est anormalement fatigué ou apathique

  • Votre bébé a du mal à se réveiller

  • Les cris de votre enfant sont aigus

  • Votre bébé se nourrit mal, que ce soit au sein ou au biberon

  • Votre petit a de la fièvre

  • Votre nouveau-né a tendance à cambrer son corps et rejeter la tête vers l’arrière.

Les causes de la jaunisse du nourrisson et du bébé

Voici une liste de quelques facteurs pouvant augmenter le risque de jaunisse du nourrisson :

  1. Si vous allaitez mais que votre bébé ne tète pas entre 8 et 12 fois par jour. Pensez à vous renseigner sur les façons d’augmenter votre production de lait maternel.

  2. Si votre enfant est né prématuré. En effet, un bébé prématuré a plus de risques d’attraper la jaunisse qu’un bébé né à terme car leur foie filtre moins bien la bilirubine.

  3. Si votre bébé et vous souffrez d’incompatibilité sanguine. Cela se produit lorsque le groupe sanguin de la mère et de l’enfant sont différents et incompatibles l’un avec l’autre.

  4. Si votre bébé a été accouché au moyen de ventouses. Il arrive qu’au cours d’une telle intervention, votre bébé se retrouve avec un hématome sur le crâne. Cet hématome peut suffire à augmenter la concentration de bilirubine dans le sang et être responsable d’une jaunisse. Les ventouses peuvent être utilisées au cours d’un accouchement par voie basse si votre professionnel de santé décide qu’une telle aide est nécessaire. Votre nouveau-né peut écoper de quelques blessures durant une telle procédure, mais rassurez-vous, celles-ci sont minimes et n’ont dans la vaste majorité des cas aucune conséquence à long-terme pour lui.

  5. Si votre bébé souffre de problèmes génétiques rendant son hémoglobine plus fragile. En effet, celle-ci aura tendance à se décomposer plus facilement et donc à augmenter le taux de bilirubine sanguine de votre enfant. Votre professionnel de santé sera en mesure de vous dire si votre nouveau-né est susceptible de courir un tel risque.

  6. Si votre bébé souffre d’une infection du sang que l’on appelle sepsis ou septicémie.

  7. Si votre bébé souffre d’hémorragie interne, quelle qu’elle soit.

  8. Si vous, la mère, êtes porteuse du cytomégalovirus. Ce virus est le plus souvent asymptomatique ou bénin (fatigue, gorge sèche, fièvre). Si vous travaillez avec des enfants, par exemple dans un contexte médical, vous êtes plus susceptible d’attraper ce virus, donc signalez-le à votre professionnel de santé. Celui-ci pourra vous faire tester si vous le désirez.

  9. Si vous, la mère, êtes de rhésus négatif et que votre bébé est de rhésus positif. Le rhésus est une protéine présente à la surface des globules rouges.

  10. Si vous avez souffert de diabète au cours de votre grossesse. Votre professionnel de santé vous fera subir des tests de dépistage au cours de votre grossesse.

À quel âge un bébé peut-il avoir la jaunisse ?

La majorité des nouveau-nés en bonne santé souffrent d’une forme de jaunisse que l’on appelle jaunisse physiologique ou « normale ». Celle-ci apparaît généralement deux à quatre jours après la naissance et disparaît d’elle-même au bout de deux ou trois semaines sans nécessiter de traitement particulier.

Si votre nouveau-né souffre de jaunisse avant ou après cette période allant de deux à quatre jours après la naissance, alors celle-ci peut être provoquée par un problème plus sérieux que la « jaunisse normale », par exemple un problème génétique, une infection, ou l’un des facteurs listés ci-dessus.

Diagnostic

Votre professionnel de santé doit examiner votre enfant dans les trois à cinq jours après sa naissance, car il s’agit de la période où les niveaux de bilirubine sont généralement les plus élevés.

Votre professionnel de santé évaluera la coloration de la peau de votre enfant et posera un diagnostic en fonction de son âge ainsi que d’autres facteurs.

Si le diagnostic de jaunisse du nourrisson est soupçonné, des examens complémentaires peuvent être nécessaires, notamment :

  • une analyse sanguine,

  • une analyse de la coloration de la peau par réflexion d’un type spécifique de lumière au moyen d’un appareil que l’on appelle un bilirubinomètre,

  • un examen général.

Dans certains cas, votre bébé peut devoir être examiné par son pédiatre avant cette période de trois à cinq jours après sa naissance, notamment si :

  • votre nouveau-né a la jaunisse dans les 24 heures après sa naissance,

  • votre enfant présentait des taux de bilirubine élevés avant sa sortie de l’hôpital (beaucoup d’établissements vérifient que votre bébé ne présente pas de symptômes d’une jaunisse avant d’autoriser le retour à la maison),

  • vous avez accouché plus de deux semaines avant la date prévue,

  • votre bébé se nourrit moins de 8 à 12 fois par jour

  • votre nouveau-né présente de nombreux hématomes ou vaisseaux sanguins éclatés sur le dessus du crâne, ce qui est généralement une conséquence d’un accouchement difficile,

  • votre partenaire, un autre de vos enfants ou vous-même aviez au même âge un taux élevé de bilirubine et avez dû suivre un traitement.

Comment soigner la jaunisse de votre bébé ?

Un traitement vous sera recommandé par votre professionnel de santé après examen de votre enfant. En fonction de sa gravité, la jaunisse de votre nouveau-né pourra être soignée de différentes manières :

  • Photothérapie. Ce traitement consiste à placer votre enfant sous des lampes spéciales visant à réduire le taux de bilirubine dans le sang. Ce traitement est effectué à l’hôpital ou éventuellement chez vous si vous disposez du matériel nécessaire. Votre enfant devra être nu sous les lampes et porter des protections spéciales pour ses yeux.

  • Immunoglobuline intraveineuse. Si la jaunisse du nourrisson a été identifiée comme provoquée par une incompatibilité sanguine entre vous, la mère, et votre nouveau-né, alors il est possible qu’une transfusion intraveineuse d’une protéine visant à ralentir la décomposition des globules rouges de votre enfant suffise à guérir son ictère du nouveau-né.

  • Exsanguino-transfusion. Dans certains rares cas où les autres traitements ne donnent pas les résultats escomptés, il est possible de procéder à une exsanguino-transfusion. Le principe est de remplacer des petites quantités du sang de votre enfant par du sang fourni par des donneurs compatibles de façon à diluer la bilirubine. Cette procédure est effectuée dans le service des soins intensifs néonatals d’un hôpital. Si votre bébé est concerné par un tel traitement, soyez rassurés, il sera pris en charge par des spécialistes.

Combien de temps faut-il pour soigner une jaunisse du nourrisson ?

La meilleure solution reste encore de demander l’avis de votre professionnel de santé : en effet, la cause de la jaunisse de votre bébé ainsi que le traitement qui a pu lui être prescrit influent sur la durée avant son rétablissement.

Dans le cas d’un ictère du nouveau-né « normal », c’est-à-dire d’une jaunisse physiologique, et si vous allaitez, alors la guérison se fera d’elle-même sans traitement particulier en deux ou trois semaines.

Si vous nourrissez votre enfant au lait artificiel, la jaunisse « normale » du nourrisson disparaîtra a priori lorsque votre bébé sera âgé de deux semaines. En effet, le lait maternel ralentit la capacité du foie à filtrer la bilirubine, ce qui n’est pas le cas du lait artificiel. La guérison est donc légèrement plus rapide.

Si une jaunisse « normale » diagnostiquée à votre nouveau-né perdure au-delà de trois semaines, consultez votre professionnel de santé.

Les complications potentielles d’une jaunisse du nourrisson

La jaunisse est bénigne dans la majorité des cas, mais vous vous demandez peut-être à partir de quand il faut s’inquiéter d’une jaunisse du nourrisson. Dans certains cas, en l’absence de traitement, les forts taux de bilirubine peuvent se révéler nocifs et provoquer des complications cérébrales. Dans ce cas, un traitement rapide est le meilleur moyen d’éviter ces complications. Parmi celles-ci, citons l’ictère nucléaire, qui touche le système nerveux central et peut provoquer des problèmes de vision, d’apprentissage, de dentition ou de motricité.

Cependant, ne vous affolez pas : une telle complication est rare et les ictères du nouveau-né sont généralement soignés bien avant que la jaunisse de votre bébé n’empire à ce point. Continuez simplement à tenir votre professionnel de santé au courant des symptômes éventuels qui se manifestent chez votre enfant, et celui-ci saura prendre les mesures nécessaires pour éviter les complications graves.

FAQ EN UN CLIN D’ŒIL

  • Une jaunisse (ou ictère) du nouveau-né « normale » donne une coloration légèrement jaunâtre à la peau de votre enfant. Elle touche surtout le visage mais peut se propager à d’autres régions du corps. Les complications d’une jaunisse peuvent être graves en l’absence de traitement.

  • Les formes bénignes de la maladie disparaissent généralement d’elles-mêmes sans besoin de soins particuliers. Cependant, dans les cas plus graves, votre professionnel de santé pourra décider que la jaunisse de votre bébé doit être traitée, par exemple par :

    • photothérapie,
    • immunoglobuline intraveineuse ou
    • exsanguino-transfusion.


  • L’ictère du nouveau-né classique (la jaunisse « normale ») disparaît généralement lorsque votre enfant est âgé de trois semaines. Si votre petit souffre d’une autre forme de la maladie, alors l’origine de celle-ci et le traitement suivi influeront sur le temps nécessaire à la guérison.

La jaunisse ou ictère du nouveau-né est très fréquente. Dans la vaste majorité des cas, celle-ci disparaîtra d’elle-même au bout de quelques semaines. Cependant, surveillez l’évolution de la maladie et prévenez votre professionnel de santé s’il vous semble que la jaunisse empire ou qu’elle met du temps à disparaître.

Gardez en mémoire qu’un diagnostic rapide et un traitement au plus tôt peuvent garantir une guérison rapide et sans complications pour votre enfant. Dans tous les cas, cette préoccupation sera vite derrière vous et vous pourrez profiter en toute sérénité de ces premières semaines avec votre nouveau-né.

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français.

Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous.

Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.

Pampers