Période postpartum

Ce que l’on appelle la période postpartum, les suites de couches ou la puerpéralité commence à la naissance de votre enfant et dure environ six semaines. Elle constitue une période importante pour votre bébé et vous. Dans la suite de cet article, nous vous expliquons quels types de changements physiques, émotionnels ou de style de vie peuvent vous attendre pendant les six semaines de la période postpartum. Nous détaillerons notamment la dépression postpartum, l’activité sexuelle, et le retour des règles. Nous parlerons également de votre première visite médicale après l’accouchement et des signes à surveiller et plus encore.

La période postpartum, c’est quoi ?

La période postpartum, parfois appelée puerpéralité, commence à la naissance de votre enfant et dure environ six semaines. Souvenez-vous cependant que certains des effets de votre grossesse et de l’accouchement peuvent perdurer bien plus longtemps. Cette période après l’accouchement est une période de changements : il faut vous adapter à votre nouveau rôle de maman et réorganiser vos journées ; adapter votre vie de couple pour faire de la place pour un bébé ; vous réadapter physiquement pendant que votre corps se remet de la grossesse et de l’accouchement ; et enfin s’adapter émotionnellement à gérer tous ces changements. Le fait de se renseigner sur ce qui vous attend peut vous aider à vous sentir mieux préparée. De plus, votre professionnel de santé sera en mesure de répondre à toutes les questions que vous pourriez avoir sur ce que vous traversez.

Le corps après l’accouchement

Votre corps va traverser de nombreuses étapes dans les semaines et les mois après l’accouchement pour pouvoir se remettre de la grossesse. Voici un récapitulatif des étapes physiques par lesquelles vous passerez peut-être.

Les premiers jours après l’accouchement

Félicitations, vous tenez enfin votre petit dans vos bras : vous le nourrissez et pratiquez le peau-à-peau, mais votre corps commence aussi à se remettre du travail et de l’accouchement.

Voici quelques-uns des changements par lesquels votre corps risque de passer pendant les tous premiers jours après l’accouchement :

  • Des pertes vaginales. Le sang et les muqueuses qui recouvraient l’intérieur de votre utérus pendant votre grossesse vont progressivement être évacués pendant les premiers jours et semaines après l’accouchement. Cela peut parfois même durer un peu plus longtemps. Ce phénomène est appelé lochies. Cet écoulement est d’abord très rouge mais va progressivement changer de couleur, devenant marron ou jaune. Il va également diminuer en intensité. Si vous allaitez, vous constaterez peut-être que les écoulements s’intensifient pendant les tétées, car celles-ci provoquent parfois des contractions utérines.

  • Des contractions. Vous ressentirez peut-être des contractions ou des douleurs postpartum pendant environ les 10 premiers jours après l’accouchement. Elles sont dues au retour de votre utérus à sa taille habituelle et à sa position normale près du pubis. Si ces contractions vous gênent trop, vous pouvez prendre des antalgiques mais pensez à obtenir l’accord de votre professionnel de santé si vous allaitez.

  • Des douleurs au niveau du périnée. Si vous avez accouché par voie basse, la zone comprise entre votre vagin et votre anus, que l’on appelle le périnée, s’est étirée pour pouvoir laisser passer votre bébé. S’il y a eu déchirure ou que vous avez subi une épisiotomie, vous avez probablement des points de suture. Au fur et à mesure que la peau, les tissus et les muscles de cette zone récupèrent, vous pouvez ressentir des douleurs ou des gonflements. En fonction de l’étendue de la déchirure ou de votre douleur, votre professionnel de santé vous prescrira un traitement adapté. De manière générale, pendant la période postpartum, appliquez une poche de glace sur votre périnée, asseyez-vous sur des coussins confortables ou dans de l’eau chaude pour atténuer la douleur. Votre médecin pourra éventuellement aussi vous conseiller un antalgique en pommade ou en spray.

  • Une miction douloureuse. Si vous avez accouché par voie basse le passage de la tête de votre bébé a fortement appuyé sur votre vessie et sur votre urètre. Pendant la période postpartum, il est possible que vos mictions soient douloureuses ou que vous ressentiez l’envie d’uriner mais n’y arriviez pas. Essayez de faire couler de l’eau chaude sur votre pubis pendant que vous urinez et de boire beaucoup d’eau pour soulager la douleur.

  • Les jambes et les pieds enflés. Surélevez vos jambes en les plaçant sur un coussin ou un repose-pieds pour aider à réduire le gonflement.

  • De la constipation. Il est possible que vous évitiez d’aller à la selle à cause de la douleur ou que les médicaments antidouleurs ou post-opération chirurgicale vous ralentissent le transit. Si vous souffrez de constipation, essayez de vous promener, de manger des aliments riches en fibres (p. ex. des fruits et des légumes) ou, si votre professionnel de santé vous le recommande, prenez des laxatifs. Le fait de boire beaucoup d’eau pourra également aider à faciliter votre transit.

  • Des seins gonflés. Quelques jours après l’accouchement, vous trouverez peut-être que vos seins sont durs, pleins et sensibles : ils se remplissent de lait. Cette gêne va disparaître une fois que vous aurez pris l’habitude d’allaiter. Si vous nourrissez votre bébé au lait artificiel, cette sensation d’engorgement de vos seins disparaîtra probablement dans les 7 ou 10 jours. Si vous n’envisagez pas d’allaiter, vous pouvez atténuer cette gêne en portant un soutien-gorge confortable et des vêtements amples, en prenant des antalgiques (si votre professionnel de santé vous donne le feu vert) et en appliquant des poches de glace sur votre poitrine pour réduire le gonflement. Ne tirez pas votre lait dans l’espoir de soulager la douleur : en effet, cela signalera à votre organisme qu’il faut produire plus de lait, ce qui prolongera le processus.

Les premiers mois après l’accouchement

Votre corps a subi de nombreuses épreuves au cours de votre grossesse, du travail et de l’accouchement et il lui faut du temps pour récupérer et « redevenir comme avant ». Vous découvrirez peut-être que « comme avant » n’est pas tout à fait juste et que certaines choses ne seront plus jamais exactement les mêmes : c’est tout à fait normal. Vous venez de mettre au monde un enfant, il est normal que certaines choses changent. Voici ce que vous ressentirez ou constaterez peut-être dans les mois après l’accouchement et la naissance de votre bébé :

  • De la fatigue. Il est naturel de vous sentir fatiguée dans les premiers mois après l’accouchement. Vous avez vécu beaucoup de choses, sur les plans émotionnel et physique, et vous avez de nouvelles expériences à intégrer. Votre nouveau-né a souvent besoin d’être nourri et a le sommeil court, ce qui vous donne encore plus de raisons d’être fatiguée. Afin de diminuer votre fatigue et votre stress, essayez de dormir en même temps que votre bébé, de demander de l’aide, de limiter le nombre de visites, de suivre un régime équilibré riche en protéines et en fer et de vous contenter du minimum syndical pour tout le reste. Par exemple, ne vous embêtez pas à faire la vaisselle et laissez quelqu’un d’autre faire la cuisine ou commander à manger. C’est une période où vous ne devez pas forcer mais plutôt vous concentrer sur votre bébé et vous-même.

  • De la transpiration. Les bouleversements hormonaux qui se produisent pendant la période postpartum peuvent augmenter drastiquement votre transpiration, particulièrement pendant la nuit. Cela ne durera a priori pas, mais vous pouvez en attendant dormir sur une serviette afin d’éviter de tremper vos draps. Si vous avez l’impression de vraiment transpirer beaucoup, parlez-en à votre professionnel de santé.

  • Des changements au niveau de l’abdomen. Les premiers temps, vous aurez peut-être toujours un ventre de femme enceinte le temps que vos muscles abdominaux retournent à la normale. Certaines femmes souffrent de diastasis des grands droits (on parle aussi de séparation abdominale) : il s’agit de l’écartement des parties gauche et droite de vos « tablettes de chocolat » pendant la grossesse et qui ne se résorbe pas pendant la puerpéralité.

  • Des vergetures. Des vergetures apparaissent chez certaines femmes pendant la grossesse. Bien qu’elles ne disparaissent généralement jamais complètement, elles s’estompent avec le temps.

  • Une chute de cheveux. Il n’est pas inhabituel de perdre ses cheveux pendant la période postpartum. Une fois les bouleversements hormonaux terminés, vos cheveux redeviendront comme avant.

  • Une perte de poids. Pendant la période postpartum, il est possible que vous perdiez une dizaine de kilos très vite, mais votre poids peut mettre beaucoup de temps à complètement redescendre à son niveau d’avant votre grossesse. Souvenez-vous qu’une partie de votre prise de poids n’était pas de la graisse. L’accouchement, l’expulsion du placenta, la perte du liquide amniotique, une diminution du volume de sang et de fluides (qui avait augmenté pendant la grossesse)… tout ceci vous aidera à vous sentir plus légère pendant la période postpartum. De plus, un régime alimentaire équilibré et une activité physique vous permettront de pratiquement redescendre en quelques mois à votre poids d’avant. Selon les spécialistes, la puerpéralité n’est pas une bonne période pour faire un régime car votre corps a besoin de beaucoup de nutriments pour récupérer de la grossesse et de l’accouchement. Soyez patientes avec votre corps et avec vous-même. Si vous allaitez, il est d’autant plus important d’éviter de perdre trop de poids trop vite, car cela peut avoir un effet négatif sur votre production de lait maternel. Votre professionnel de santé saura vous conseiller des objectifs de perte de poids et des manières de les remplir sur le long-terme en toute sécurité.

  • De l’incontinence urinaire. De temps en temps, vous constaterez peut-être une petite fuite urinaire. Vous n’êtes pas la seule dans ce cas : de nombreuses femmes souffrent d’incontinence urinaire après leur accouchement et ce risque peut augmenter si par exemple votre bébé est particulièrement gros ou que vous accouchez par voie basse. Vous pouvez faire des exercices de Kegel pour redonner de la tonicité à vos muscles et demander de l’aide à votre professionnel de santé si les résultats mettent du temps à se manifester. Dans de nombreux cas, l’incontinence urinaire disparaît d’elle-même dans les trois mois environ après l’accouchement.

  • De l’incontinence fécale. Vous constaterez peut-être qu’il vous arrive de faire des prouts sans le vouloir ou de retrouver des traces de selles dans vos sous-vêtements. Il est possible que les muscles et les nerfs entourant votre rectum aient été abîmés au cours de l’accouchement. Si vous constatez ces symptômes, parlez-en à votre professionnel de santé. Celui-ci pourra vous prescrire des médicaments ou des séances de kinésithérapie pour vous aider à résoudre ce problème.

  • Des hémorroïdes. Si vous avez eu des varices au niveau de votre vulve ou des hémorroïdes pendant votre grossesse, vous constaterez peut-être qu’après l’accouchement, ces problèmes semblent avoir empiré. Ils peuvent même apparaître maintenant alors que vous n’en aviez pas pendant la grossesse, à cause des efforts réalisés pendant l’accouchement. Votre professionnel de santé sera en mesure de vous conseiller un traitement approprié, par exemple à base de médicament en spray ou de compresses à l’hamamélis. Ces veines devraient rétrécir voire disparaître complètement avec le temps.

Gérer les changements corporels

Votre corps a subi de nombreux changements pendant votre grossesse et en subira d’autres pendant la période postpartum et même après. Essayez de ne pas forcer. Il a fallu du temps à votre bébé pour grandir et se développer dans votre ventre, et il faudra maintenant également du temps à votre corps pour se réadapter. Manger varié et équilibré, pratiquez une activité physique, prenez du temps pour vous et ne soyez pas trop exigeante avec vous-même. Vous avez déjà beaucoup de choses à gérer en ce moment, alors laissez-vous le temps de récupérer.

L’adaptation à un nouveau style de vie

Votre vie et vos habitudes vont être bouleversées par l’arrivée d’un bébé. Peut-être serez-vous excitée à cette idée, peut-être regretterez-vous certains aspects de votre « vie d’avant » … vraisemblablement un mélange de tout ça. Le passage à ce nouveau rôle de parent passe par l’acceptation du fait que maintenant, les choses seront différentes. Vous vivrez de nombreux moments de bonheur, mais cette période est aussi épuisante et stressante et il est important de prendre soin de vous, de votre corps et de vos émotions. Demandez de l’aide dès que possible et partagez le travail avec votre partenaire. Par exemple, vous avez peut-être un ami qui sera heureux de vous apporter des repas tout préparés, et votre partenaire pourra nourrir bébé en pleine nuit à votre place pour que vos puissiez dormir un peu plus. Parlez de ce que vous ressentez à vos amis et à votre famille : le simple fait d’en parler peut vous aider à vous soulager. Si vous êtes stressée au point de penser que vous risquez de vous défouler sur votre nouveau-né, laissez-le dans son lit et quittez la chambre. Prenez un moment pour faire une pause et décompresser. Ne secouez surtout pas votre enfant dans un moment de frustration. Trouvez des astuces pour réduire votre stress. Il suffit peut-être que votre partenaire vous aide plus ou que vos proches vous donnent un coup de main. Demandez à votre professionnel de santé des informations sur les associations autour de chez vous qui pourraient vous aider à réduire votre charge.

L’activité physique pendant la période postpartum

Vous êtes probablement fatiguée et vous avez sûrement l’impression de ne pas avoir le temps, mais la pratique d’une activité physique peut vous redonner beaucoup d’énergie et vous aider à retrouver la forme. Visez un objectif d’environ 2h30 d’activité physique moyennement intense par semaine. Si vous avez accouché par voie basse, vous pouvez généralement commencer à faire du sport dès que vous vous y sentez prête. Si vous avez accouché par césarienne, vous devrez peut-être attendre quatre à six semaines après l’accouchement afin que votre corps ait bien le temps de récupérer. Demandez toujours l’accord de votre professionnel de santé avant de reprendre une activité physique et gardez en mémoire qu’il peut falloir un peu de temps avant de retrouver le niveau d’avant votre grossesse. Au rang des bonnes options : la marche rapide, la natation et des cours spécifiques pour la période postpartum. Essayez de ne pas simplement vous concentrer sur la perte de poids et sur le fait de pouvoir re-rentrer dans votre paire de jeans préférée. Voyez plutôt cette activité physique comme un moyen de rester en bonne santé et d’avoir l’énergie de vous occuper de votre nourrisson. Il est particulièrement important à cette période de renforcer vos muscles du dos et abdominaux, que la grossesse a affaiblis. Avec l’accord de votre professionnel de santé, vous pourrez par exemple essayer les exercices ci-dessous :

Exercices pour la période postpartum

En vous aidant de l’illustration ci-dessus et des explications ci-dessous, répétez environ 20 fois chaque exercice. Remarque : Pendant chaque exercice, concentrez-vous sur le fait de toujours contracter vos abdominaux et pensez à ne pas retenir votre respiration. Essayez d’éviter de courber le dos, et pour les exercices où vous êtes allongée au sol, faites-en sorte que votre dos touche bien entièrement le sol pendant les mouvements. A. Se mettre à quatre pattes. Mettez-vous à quatre pattes : vos hanches bien à la verticale de vos genoux et vos épaules bien à la verticale de vos mains. Inspirez profondément et expirez en contractant vos abdominaux. Il vous faudra contracter vos abdominaux de la sorte pendant chacun de ces exercices. B. Faire glisser ses jambes. Allongée sur le dos, genoux légèrement pliés et pieds à plat sur le sol, contractez vos abdominaux. Inspirez profondément et faites glisser l’un de vos pieds le long du sol de sorte à tendre votre jambe. Ramenez votre jambe à sa position initiale tout en expirant. Puis faites la même chose avec votre autre jambe. C. Lever les genoux. Mettez-vous dans la même position que pour faire glisser vos jambes. Levez l’une de vos jambes, genou plié, de sorte que votre genou soit à la verticale de votre hanche. Puis tendez votre autre jambe. Puis inversez les positions, de sorte que la jambe pliée soit tendue et inversement. D. Toucher les talons. Allongée sur le dos, levez vos deux jambes, genoux pliés, de sorte que vos genoux soient à la verticale de vos hanches et vos mollets parallèles au sol. Abaissez l’une de vos jambes de sorte que le talon touche le sol, tout en gardant votre genou plié. Répétez l’exercice avec l’autre jambe. E. Étendre les jambes. Allongée sur le dos, levez vos deux jambes, genoux pliés, de sorte que vos genoux soient à la verticale de vos hanches et vos mollets parallèles au sol. Étirez l’une de vos jambes vers le haut, de sorte que votre pied soit à environ 50 cm du sol. Ramenez-la à sa position initiale et répétez l’exercice avec l’autre jambe.

La reprise du travail après l’accouchement

La reprise d’une activité professionnelle met en jeu un certain nombre de considérations pouvant varier d’une femme à l’autre : elles peuvent être financières, familiales ou liées au congé maternité. Même si vous avez essayé de bien vous organiser pendant votre grossesse, il peut y avoir eu des imprévus ou vos envies peuvent simplement avoir changé. Essayez si vous en avez la possibilité de réfléchir à ce qui pourrait le mieux vous correspondre. En France, un congé maternité est obligatoire. Il est indemnisé et sa durée varie en fonction d’un certain nombre de critères : premier enfant ou non, naissance multiple ou non, si vous travaillez dans le secteur privé ou public, etc. Pour une salariée du secteur privée dont il s’agit du premier enfant, votre congé maternité sera de 6 semaines avant l’accouchement et de 10 semaines après. Cependant, au cas par cas, ce congé peut être décalé ou même raccourci. Légalement, la durée minimale du congé maternité est de 8 semaines dont 6 après l’accouchement. Le père de l’enfant a également droit à un congé de naissance de 3 jours calendaires et à un congé paternité de 11 jours calendaires consécutifs. Si vous êtes en couple avec un partenaire qui n’est pas le père biologique de l’enfant, celui-ci a également droit à des congés. Renseignez-vous auprès de votre employeur pour savoir si des horaires aménagés sont possibles ou s’il existe des possibilités de crèche ou d’accueil sur votre lieu de travail. Si vous allaitez, vous avez droit à une réduction de votre temps de travail et un local dédié peut être mis à votre disposition. Si votre partenaire et vous reprenez tous deux une activité professionnelle, vous devez envisager de placer votre enfant dans une crèche ou de le confier à une nourrice, ou encore de demander l’aide de vos proches. Prenez le temps de réfléchir et faites un choix qui vous convient.

Dépression pendant la période postpartum

De manière générale, la puerpéralité est plutôt une période joyeuse. Néanmoins, il arrive et c’est normal de se sentir un peu déprimée pendant la période postpartum. Une grande majorité des femmes disent avoir le « baby blues » pendant cette période. Si vous avez un petit coup de mou, cela ne veut pas dire que vous êtes une mauvaise mère ou que vous n’appréciez pas à sa juste valeur ce que vous avez : cela signifie simplement que votre corps s’adapte. Essayez de garder cela en tête lorsque vous vous sentez dans le creux de la vague. Pour vous en sortir, essayez d’en parler à votre partenaire ou à vos proches, de bien vous reposer et de ménager du temps pour vous.

En général, cette déprime occasionnelle disparaît en quelques jours, mais si elle persiste ou s’intensifie, consultez votre professionnel de santé car il peut s’agir d’une dépression postpartum

L’activité sexuelle pendant la période postpartum

Vous vous demanderez peut-être à un moment, pendant cette période, quand vous pourrez recommencer à avoir une activité sexuelle. Vous constaterez peut-être aussi une baisse de votre libido, parfois même une disparition de celle-ci, et cela peut vous préoccuper. Certains professionnels de santé conseillent d’attendre six semaines après l’accouchement avant de reprendre une activité sexuelle. Cependant, si vous vous sentez prête avant cela, demandez des conseils personnalisés à votre médecin. Vous remarquerez peut-être que votre libido ou celle de votre partenaire a changé. Vous aurez peut-être peur d’avoir mal ou vous sentirez trop fatiguée. Sachez que de nombreuses femmes constatent une baisse de leur libido après l’accouchement. Prenez votre temps avec votre partenaire et soyez honnêtes l’un avec l’autre. Privilégiez les moments où vous êtes tranquilles tous les deux sans risque d’être dérangés. Avant de reprendre une activité sexuelle, pensez à la contraception. Même si vous envisagez d’agrandir encore la famille, les spécialistes recommandent d’attendre au moins 12 mois entre deux grossesses afin de laisser à votre corps le temps de récupérer pleinement. Demandez à votre professionnel de santé de vous conseiller sur les méthodes de contraception qui seraient les plus adaptées à votre situation.

Le retour des règles après l’accouchement

Vous constaterez un léger saignement vaginal après l’accouchement. Il s’agit d’un phénomène que l’on appelle les lochies, mais il ne s’agit pas d’une menstruation.

Si vous allaitez, vos premières règles postpartum n’apparaîtront probablement pas avant plusieurs mois, parfois jusqu’à six mois. Pour certaines femmes, les règles ne réapparaissent pas avant d’avoir sevré votre bébé du lait maternel. Si vous nourrissez votre nouveau-né au lait artificiel, vos premières menstruations postpartum pourront apparaître au bout de six ou huit semaines après l’accouchement. Il est possible que vos règles aient un peu changé : dans les premiers temps, elles peuvent être plus longues ou, à l’inverse, plus courtes, et même moins douloureuses. Votre cycle menstruel redeviendra progressivement comme avant. Gardez cependant en tête que vos ovaires recommenceront peut-être à ovuler avant le retour de vos menstruations. Cela signifie que vous pouvez tout à fait tomber enceinte même si vous n’avez pas encore vos règles. Si vous n’envisagez pas de retomber enceinte si tôt, demandez à votre professionnel de santé des conseils sur les méthodes de contraception adaptées à votre situation avant de reprendre une activité sexuelle.

Visites médicales postpartum

De nombreuses visites médicales sont obligatoires après votre accouchement, pour vous comme pour votre bébé. Votre bébé devra passer un examen pédiatrique obligatoire avant son 8e jour, mais également bénéficier d’un suivi quotidien par une sage-femme jusqu’au 12e jour. Il devra également passer un examen obligatoire au cours de la deuxième semaine, avant la fin du premier mois puis un examen mensuel les 5 premiers mois. Vous aurez quant à vous une consultation post-natale dans les six à huit semaines après votre accouchement. Si vous avez accouché par césarienne, vous aurez probablement un rendez-vous programmé avec votre professionnel de santé dans les deux semaines après l’accouchement pour vérifier que vous cicatrisez bien. Lors de votre première visite médicale postpartum, votre professionnel de santé vérifiera votre poids, votre pression artérielle et examinera votre poitrine, votre abdomen et votre pelvis. Si vous avez fait un diabète de grossesse, il vous demandera peut-être également de faire un test de glycémie. Préparez vos consultations et notez sur un papier vos questions ou inquiétudes de sorte à penser à en parler et de ne pas passer à côté de quelque chose d’important. Votre professionnel de santé vous expliquera au cours de la première visite comment votre suivi médical va se dérouler et vous expliquera quand se dérouleront les consultations ou examens suivants. Vous devrez également vous faire vacciner si ce n’est pas déjà fait, notamment contre le DTP ou la grippe. Votre professionnel de santé saura vous expliquer quels vaccins sont nécessaires.

Problèmes médicaux à surveiller pendant la période postpartum

Certaines femmes peuvent souffrir d’un certain nombre de maladies pendant la période postpartum et après, et il est utile d’avoir quelques informations sur celles-ci. Nous vous présentons ci-dessous les plus courantes, mais vous devriez toujours contacter votre professionnel de santé si vous constatez des symptômes qui vous inquiètent :

  • La pré-éclampsie. Si vous avez souffert de pré-éclampsie (un problème de pression artérielle) au cours de votre grossesse, vous êtes plus à risque d’en développer une lors d’une grossesse ultérieure ou de souffrir de maladies cardiovasculaires dans le futur. Votre professionnel de santé prendra votre tension au cours des visites médicales de la période postpartum et saura vous donner des conseils adaptés.

  • La dépression postpartum. Certaines femmes souffrent d’une intense déprime après l’accouchement qui ne disparaît toujours pas après plusieurs semaines. Si vous êtes dans ce cas, vous souffrez peut-être de dépression postpartum. Vous pouvez alors ressentir du désespoir et une profonde anxiété. Vous pouvez également pleurer sans raison apparente, avoir du mal à vous concentrer, trop dormir ou à l’inverse avoir du mal à dormir même lorsque votre bébé est couché. Cette dépression se manifeste généralement dans les trois premières semaines après l’accouchement mais il arrive qu’elle se déclenche plus tard au cours de la première année de votre bébé. Si vous ressentez de telles émotions, consultez immédiatement votre professionnel de santé sans attendre votre prochaine visite médicale postpartum. Celui-ci sera en mesure de vous aider en vous conseillant un traitement ou une thérapie, voire un mélange des deux.

  • L’endométrite postpartum. L’endométrite est une inflammation de la muqueuse utérine. L’endométrite postpartum est plutôt rare mais vous êtes plus à risque si vous avez accouché par césarienne. Si c’est votre cas, des antibiotiques vous ont sûrement été prescrits pour diminuer le risque d’infection. Néanmoins, si vous êtes fiévreuse, que vous avez mal au ventre ou que vous ne vous sentez pas bien dans les premiers jours après l’accouchement, parlez-en à votre professionnel de santé. Celui-ci sera en mesure d’établir un diagnostic et de soigner une potentielle infection, en général avec des antibiotiques.

  • Une hémorragie postpartum. On parle d’hémorragie postpartum dans le cas de saignements importants le lendemain de l’accouchement ou pendant les 12 premières semaines après celui-ci. Lorsque le saignement se produit dans les 24 heures, c’est en général parce que l’utérus ne se contracte pas comme il faut après avoir expulsé le placenta. Le placenta accreta (lorsque le placenta est implanté trop profondément dans la paroi utérine) peut également être à l’origine de saignements. Seules 4 à 6 % des grossesses sont touchées par une hémorragie postpartum dans les 24 heures après l’accouchement, mais si vous êtes concernée, votre professionnel de santé pourra vous prescrire des médicaments ou des massages de l’utérus pour l’encourager à se contracter. Une transfusion peut également être nécessaire si vous avez perdu trop de sang. Contactez votre professionnel de santé dès que vous constatez un saignement important, que ce soit pendant la période postpartum ou après.

  • Thyroïdite postpartum. Certaines femmes constatent une hyperactivité thyroïdienne au cours des deux à quatre mois suivant l’accouchement, suivie d’une hypoactivité pendant environ un an. L’activité thyroïdienne retourne généralement à la normale après quelques temps, mais dans de rares cas, cela peut se transformer en une thyroïdite d’Hashimoto, qui est une maladie chronique pouvant nécessiter un traitement à vie. Il est important de ne pas confondre les symptômes d’un dérèglement thyroïdien tels que la fatigue ou une variation de poids avec les symptômes de la période postpartum ou la fatigue générale liée au fait d’être une nouvelle maman. Cependant, si vos symptômes vous semblent anormaux ou qu’ils ne disparaissent pas avec le temps, parlez-en à votre professionnel de santé, qui pourra étudier si cela n’est pas lié à un problème thyroïdien.

  • Le diabète gestationnel. Si vous avez souffert de diabète gestationnel pendant votre grossesse, votre professionnel de santé devra surveiller l’évolution de cette maladie au cours de la période postpartum et même après. Il vous prescrira probablement un test de glycémie postpartum environ 6 à 12 semaines après l’accouchement. Il pourra également vous conseiller de perdre du poids ou de prendre des médicaments pour réduire les risques associés à ce type de diabète.

Quand dois-je consulter mon professionnel de santé ?

Contactez immédiatement votre professionnel de santé au cours de la période postpartum si vous constatez l’un des symptômes suivants :

  • Vous avez plus de 38 °C de fièvre,

  • Vous avez la nausée ou souffrez de vomissements

  • Vous avez mal quand vous urinez (si par exemple cela vous brûle)

  • Vous avez des saignements importants (vous utilisez deux serviettes hygiéniques XXL par heure pendant une ou deux heures d’affilée)

  • Vous avez très mal à l’abdomen

  • Vous avez les jambes enflées

  • Vous avez mal à la poitrine

  • Vous avez des traînées rouges ou des bosses douloureuses sur les seins

  • Vous avez mal à une incision pratiquée pendant l’accouchement ou celle-ci s’infecte (rougeurs, écoulement de pus), particulièrement si la situation empire progressivement

  • Vous avez des pertes vaginales malodorantes

  • Vous vous sentez désespérée ou déprimée, particulièrement si cela dure plus de 10 jours.

Obtenir de l’aide

S’occuper d’un enfant demande énormément d’énergie et vous n’avez pas à le faire seule. Demandez le cas échéant de l’aide à votre partenaire, votre famille, vos amis proches. Évidemment, si l’idée de devoir interagir avec des amis ou des proches vous angoisse, alors limitez les visites. Si vous êtes toujours en contact avec votre sage-femme ou votre doula, celle-ci peut se révéler d’une aide précieuse au cours de la période postpartum et vous donner de nombreux conseils. Si vos cours de préparation à l’accouchement étaient collectifs, les autres parents y ayant participé peuvent également vous apporter un soutien utile, car ils vivent probablement quelque chose de similaire à peu près en même temps que vous. Enfin, votre professionnel de santé et les associations locales peuvent être sources d’informations et vous dirigez vers des centres de soutien près de chez vous.

FAQ EN UN CLIN D’ŒIL

  • La puerpéralité (la période postpartum) est définie comme les six semaines après l’accouchement.

  • Vos règles peuvent durer plus ou moins longtemps qu’avant votre grossesse, par exemple. Vous pouvez également les trouver moins douloureuses. Votre cycle menstruel redeviendra progressivement normal.

  • Elle se manifeste généralement dans les trois semaines après l’accouchement. Cependant, elle peut aussi apparaître plus tard au cours de la première année.

  • Les symptômes d’une dépression postpartum peuvent notamment être :

    • Pleurer souvent
    • Ne pas avoir d’énergie
    • Trop manger
    • Trop s’inquiéter
    • N’éprouver aucun intérêt pour son enfant
    • Se sentir inutile ou coupable
    • Ne pas réussir à dormir
    • Se sentir épuisée.

La période de six semaines que l’on appelle la puerpéralité regorge de nouvelles expériences et de nouveaux défis pour votre famille et vous. Essayez de prendre votre temps et de vous ménager beaucoup de temps et de patience afin de rendre cette période d’adaptation aussi peu stressante que possible. Demandez de l’aide et faites-vous aider autant que nécessaire. Vous aurez probablement envie à cette période d’organiser une réunion familiale pour présenter votre nouveau-né à vos proches. Ne vous pressez pas : prenez le temps de l’organiser et attendez de vous sentir prête.

Comment cet article a-t-il été rédigé
Les informations présentées dans cet article ont été compilées à partir d’informations fiables d’origine médicale ou gouvernementale, comme par exemple la Haute autorité de la santé ou le Conseil national des gynécologues et obstétriciens français.

Une liste des sources utilisées est présentée ci-dessous.

Le contenu de cet article n’a pas vocation à se substituer à l’avis d’un professionnel médical. Référez-vous toujours à de tels professionnels en ce qui concerne les diagnostics ou traitements éventuels.

Tentez de gagner 1 an de couches Pampers